"Le Chercheur" de Lars Muhl

Publié le par Nathalie

"Le Chercheur" de Lars Muhl

Lars Muhl est un musicien et auteur danois. Son livre, "Le Chercheur", premier tome de la trilogie "O Manuscrit" sera traduit pour la première fois en Mars 2017 aux Editions Flammarion. Il s’est déjà vendu à plus de 80 000 exemplaires au Danemark et a été traduit en 7 langues. Lars Muhl figure dans le top des 100 personnes les plus influentes spirituellement aux côtés du Dalaï Lama, de Deepak Chopra ou encore Paulo Coelho.

J'ai pu lire ce texte d'une centaine de pages en avant-première grâce à l'envoi d'une épreuve par la maison d'édition Flammarion. Merci à eux pour cette lecture vers laquelle je ne me serais sûrement pas spontanément tournée dans les rayons de ma librairie !

Dans ce texte autobiographique, sous-titré "Ne renonce jamais à celui que tu es vraiment", l'auteur nous parle de sa quête de spiritualité qui l'a amené en France (à Montségur, dans les Pyrénées) alors qu'il cherchait à donner un sens à sa vie et à trouver un apaisement salvateur.

Le texte, alternant deux polices de caractère, raconte la démarche spirituelle de l'auteur et sa rencontre avec le Voyant, personnage ô combien énigmatique, qui l'aidera à trouver un début de chemin vers la paix qu'il recherchait, d'une part ; et le voyage qu'il a effectué, à travers l'Europe, en train, pour rencontrer cet homme, d'autre part.

Ce chassé-croisé entre son récit de voyage et son récit de quête spirituelle est parfois difficile à suivre malgré les deux typographies utilisées, et cela à parfois perturbé mon rythme de lecture.

Cet ouvrage est un livre qui demande réflexion et attention, lors de sa découverte, mais également après. C'est un texte qui fait forcément s'interroger et ce, quelque soit son approche (ou pas) d'une certaine spiritualité, sur notre place dans l'Univers, sur le sens de notre vie. Le parcours de Lars Muhl est très particulier, très atypique, et il peut paraître difficile d'accrocher avec ses "aventures" mystiques, pourtant, force est de reconnaître que lui y a puisé un vrai réconfort qu'il essaye de transmettre à son tour. Parfois attirée par sa démarche et à d'autres moments très sceptiques, je n'ai toutefois pu m'empêcher de trouver intéressants certains passages (tel celui cité plus bas).

Je suis contente d'avoir découvert ce texte mais, honnêtement, je ne sais pas si je vais poursuivre la trilogie car j'ai trouvé certains passage difficile à comprendre pour une néophyte comme moi, certaines notions, certains termes employés m'étant inconnus. Je pense qu'il faut déjà avoir fait des recherches sur différentes sources de spiritualité et s'en être imprégné au préalable pour lire et comprendre en pleine conscience ce que veux dire l'auteur. Ma lecture, je pense, n'a fait qu'effleurer une partie de son enseignement, et c'est sans doute dommage...

Note : 2,5/5

Passage choisi : "Probablement comprenais-je enfin qu'être n'était possible que si vous acceptiez qu'il ne s'agissait pas d'être quelque chose en particulier. Que c'est là véritablement la plus belle façon d'exister qui soit. Que renoncer à une quête éternelle de reconnaissance et de légitimation est une condition décisive pour parvenir à la paix. Etre capable de se tenir hors de vue, donc de ne pas être remarqué par les autres. Etre capable de s'installer tranquillement dans une obscurité inconnue, loin de l'attention des autres. Etre capable de se concentrer sur soi, sans devenir égocentrique, puis d'ouvrir sa conscience à un niveau qui puisse contenir autre chose que son propre moi, lequel est persuadé d'être le maître du monde. Un état dans lequel les idées de subjectivité et d'objectivité commencent à se dissoudre."

 

Publié dans DIVERS

Commenter cet article