"Ne t'éloigne pas" de Harlan Coben

Publié le par Nathalie

"Ne t'éloigne pas" est le dernier roman de Harlan Coben paru chez Belfond. Il s'agit d'un "one shot", c'est à dire une histoire unique n'ayant rien à voir avec la série des Myron Bolitar.


Ne t'éloigne pas

Atlantic City. Un père de famille disparaît mystérieusement. Une strip-teaseuse également. Dix-sept ans plus tard, un autre homme est, lui aussi, introuvable. Comme il fréquentait les clubs de stip-tease, cela réveille l'instinct de l'inspecteur Broome. Il est persuadé que les deux affaires sont liées. Aidé par Megan, mère de famille et épouse modèle au passé trouble, l'inspecteur va peu à peu découvrir que sa ville est l'aire de jeu d'un tueur en série qui agit selon un rituel très particulier.

 

Entre vengeance et mensonges, clubs louches et quartiers résidentiels, le dernier roman de Harlan Coben plonge dans les profondeurs sombres de la nature humaine. Tous les ingrédients sont là : un flic tenace, un milieu glauque, des personnages qui dissimulent bien des vérités, quelques cadavres, un couple de psychopathes, et pourtant j'ai trouvé que l'intrigue n'avait pas le nerveux attendu des premiers ouvrages de l'auteur. Je savais qui était le coupable bien avant la fin de l'histoire, ce qui m'a naturellement déçue.

 

Peut-être Harlan Coben a-t-il perdu un peu de son inspiration ? Ou alors il préfère surfer sur la vague de son succès en écrivant des polars selon un schéma bien rodé sans se mettre en danger ? Quoi qu'il en soit, j'ai passé un moment sympa avec cette lecture mais ce n'est pas un livre que j'offrirai à un(e) ami(e) fan d'histoires nerveuses génératrices de poussées d'adrénaline.

 

Note : 3/5

 

Passage choisi : " Quelques fois, durant cette fraction de seconde où Ray Levine prenait des photos et où le monde s'évanouissait dans l'éclair de son flash, il voyait le sang. Il savait bien sûr que c'était une image mentale mais, tout comme en ce moment, la vision était si nette qu'il devait abaisser son appareil pour scruter le sol. Cet épisode terrible - l'instant où la vie de Ray avait basculé, où, de quelqu'un avec des projets et un avenir, il était devenu un loser grand format-, cet épisode, donc, ne le hantait jamais dans ses rêves ni quand il se trouvait seul dans le noi. les visions d'horreur attendaient qu'il soit bien réveillé, entouré de gens, pris par ce que d'aucuns nommeraient ironiquement son travail."

Publié dans Harlan Coben

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

calou 08/04/2013 14:35


bien ,bien, pas d'empressement donc à le lire !


je viens de finir "la terre et le sang" de Mouloud Faroun, c'est magnifique...les descriptions physiques et psychologiques des personnages, les descriptions des paysages, c'est tout simplement
beau et l'approche de la nature humaine aussi diversifiée soit elle est à elle seule d'une acuité et d'une intelligence redoutable, j'ai aimé, aimé, aimé et il est dans la pile pour le prochain
voyage parisien.


Bises 

Nathalie 08/04/2013 17:17



Ticket n° 3 pour Harlan Coben délivré ce jour à 17h16


J'essaie de te le descendre en juin avec quelques autres... Bizz



ann-chou 07/04/2013 21:20


peut-on l'emprunter à Babouilla?? je découvre Harlan Coben, mais seulement les Myron pour l'instant...

Nathalie 08/04/2013 17:16



Tu vas devoir prendre le ticket n° 2 (C'est moins long qu'à la CAF !!!) car il est déjà en prêt. Je pense à toi dès que je le récupère (mai, sûrement). Biz