"La famille Fang" de Kevin Wilson

Publié le par Nathalie

"La famille Fang" est le deuxième livre de l'écrivain américain Kevin Wilson. Il vit dans le Tennessee et enseigne l'écriture fictionnelle à l'université. Son ouvrage a été salué par la critique américaine. Il est publié aux Presses de la Cité.


la famille Fang

Caleb et Camille Fang forment un couple très particulier d'artistes contemporains. Non contents de mettre en scène des "happening" dans des lieux publics tels que les centres commerciaux, ils ont décidé que leurs enfants, A et B, feraient partie intégrante de leurs oeuvres.

Comment grandir et se construire quand vos parents vous voient comme l'élément d'une création artistique et non comme un enfant ? Voici la question que se posent Annie et Buster quand, une fois arrivés à l'âge adulte, ils vont se rendre compte qu'ils ne sont pas forcément adaptés à une vie normale.

D'autant plus que leurs parents ont décidé de réaliser une dernière performance qui dépasse tout ce qu'ils ont créé jusque là.

 

Ce livre est très surprenant. Non pas dans sa structure, qui est une alternance de flash-backs concernant les mises en scène de la famille Fang et le récit d'Annie et Buster à l'âge adulte, mais dans sa thématique. En effet, c'est un roman qui met en avant des artistes contemporains spécialisés dans la création d'événements perturbateurs afin d'observer et filmer les réactions des gens qui y assistent. En plus de découvrir cet univers très étrange et de se poser la question éternelle de "Qu'est-ce qui peut être considéré comme de l'art ?", ce livre pointe du doigt les relations parents/enfants. Un parent peut-il instrumentaliser son enfant, en faire sa chose, le manipuler sans que cela ne soit problématique pour sa construction et son équilibre ?

 

J'ai été effarée de lire les parties consacrées aux prestations de la famille Fang. Comment peut-on considérer cela comme de l'art ? Je me pose toujours la question une fois la dernière page tournée... J'ai eu donc un peu de mal à entrer dans l'ouvrage tellement je trouvais cela aberrant et incroyable. Il a fallu que j'arrive à peu près à la moitié du livre pour commencer à accrocher aux personnages d'Annie et de Buster. Il a fallu que les enfants A et B commencent à se prendre en main pour que j'adhère et me laisse atteindre par l'émotion que l'auteur a voulu faire passer. Au début, je n'ai vu que le côté grinçant et corrosif, ce qui ne me plaisait qu'à demi, et puis, peu à peu, cette histoire m'a touchée.

 

Note : 2,75/5

 

Passage choisi : "Une demi-heure plus tard, Annie et Buster se retrouvaient devant les fontaines et attendaient que leur mère se sorte de la situation ridicule dans laquelle elle s'était mise. En ce moment, elle était probablement retenue par les agents de sécurité en attendant que leur père les convainque de la laisser partir avec un avertissement. Il leur montrerait leurs CV, les coupures du New York Times et de l'ArtForum. Il parlerait d' "art performance en public", de "chorégraphie de la spontanéité" et de "vraie vie à la puissance deux". Ils paieraient les bonbons et seraient très certainement bannis du centre commercial."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article

Marie 05/04/2013 12:51


Je ne connais ni le livre, ni l'auteur mais j'aime beaucoup la photo qui illustre la couverture !

Nathalie 05/04/2013 23:01



C'est vrai que la couverture est suffisamment bizarre pour attirer l'attention !!! ;-)