"Le Tailleur de pierre" de Camilla Läckberg

Publié le par Nathalie

Livre prêté par une collège, Anne-C, qui elle aussi a décidé de participer à ma petite entreprise en partageant ses lectures avec moi. Mon réseau s'étend et je découvre ainsi des auteurs et des styles divers et variés. J'adoooooore !!! ;-)°

 

Ce roman policier de Camilla Läckberg est le troisième où apparaissent les personnages d'Erika Falck et de Patrick Hedström après "La Princesse des glaces" et "Le Prédicateur". J'avais lu, il y a quelques années, le premier ouvrage, mais je ne l'ai sans doute pas trouvé si génial que ça car j'ai du mal à m'en rappeler. Oups...


Le Tailleur de pierre0001

"Le Tailleur de pierre" se déroule toujours à Fjälbakka, ville côtière chère à l'auteur. Erika vient d'accoucher et elle est en pleine dépression post-partum. Patrick, lui, a repris le travail après son congé parental et il se retrouve confronté à une affaire glauque.

Une petite fille de son entourage vient d'être retrouvée noyée, par un pêcheur. Un accident pour cette fillette hyperactive ? Non, car à l'autopsie, le médecin légiste découvre des traces d'eau douce savonneuse dans ses poumons. Qui a bien pu tuer Sara dans cette petite ville à l'apparence si calme, hormis quelques querelles de voisinage ? Patrick va mener l'enquête. Peu d'indices et de preuves, ajoutés à la présence d'un collègue incompétent imposé par son commissaire, vont rendre ses investigations difficiles et compliquées. Heureusement, son intuition et une bonne dose de chance vont lui permettre de faire toute la lumière sur l'affaire.

Et si toute cette histoire trouvait ses racines dans le passé, à l'époque où la petite Agnès, fille unique trop gâtée, faisait tourner son père, puis les hommes en bourrique...

 

Ce polar est très agréable à lire et l'intrigue est bien menée donc on a hâte de tourner les pages pour en découvrir plus sur les nombreux personnages qui les peuplent. Le fait que les acteurs de cette histoire soient des personnages qui ressemblent à Monsieur Tout-le-Monde et qu'ils vivent, à côté de l'intrigue, des difficultés dans leur quotidien les rend proches du lecteur et très humains. Après tout, qui sait si notre voisin n'est pas un tueur en série ou un pédophile en puissance une fois sa porte d'entrée bien fermée à double tour...

 

J'ai toutefois quelques remarques à faire concernant cet ouvrage :

Premièrement, j'ai été tellement emballée par les flash-back racontant l'histoire d'Agnès que j'avais envie de sauter les pages qui narraient l'intrigue principale afin d'en savoir plus sur cette horrible jeune fille mal élevée et pourrie-gâtée. Il a fallu que je me retienne pour ne pas le faire. ;-)

Deuxièmement, je n'ai pas bien saisi en quoi l'histoire du commissaire Mellberg, qui reçoit un mystérieux courrier et une visite inattendue, faisait avancer le "Schmilblick". Pareillement concernant les pages consacrées à Ana, la soeur d'Erika, aux prises avec un mari violent. Est-ce pour avancer des pièces avant le quatrième tome et donner un aspect "série" à l'ensemble des ouvrages ou est-ce tout bonnement pour remplir des pages ? Je m'interroge...

 

Note : 3,5/5

 

Passage choisi : "Charlotte se promenait au hasard dans la ville. Albin dormait tranquillement dans son landau mais, depuis qu'elle avait émergé de son brouillard de calmants, elle avait du mal à le regarder. Pourtant elle s'occupait de lui, elle le changeait, l'habillait et le nourrissait, mais machinalement, sans sentiments. Parce que si jamais ça se reproduisait? S'il lui arrivait quelque chose, à lui aussi ? Comment allait-elle pouvoir continuer à vivre sans Sara ?"

Publié dans Camilla Läckberg

Commenter cet article

Luna 18/06/2012 14:50

J'ai bien aimé ce livre même si j'ai trouvé que le dénouement était un peu trop facile à trouvé. En tout cas, j'ai vraiment apprécié le récit à deux temps et le personnage d'Agrès !

Nathalie 18/06/2012 17:54



Bonsoir Luna,


Les récits à deux temps ont souvent un défaut à mes yeux : j'ai souvent plus envie de lire un récit plutôt que l'autre, mais sinon je trouve ça assez sympa. Quant à Agnès, elle est tellement
narcissique, manipulatrice et sûre d'elle qu'elle hypnotise le lecteur qui pourtant la trouve horrible et incroyablement perverse. On ne peut s'empêcher d'y être attaché(e), et ce, malgré nous
!!!



anne-chou 31/03/2012 21:40

bien d'accord avec ce que tu écris. Pour le commissaire, ok c'est zarb, mais pour la soeur d'Ericka, elle est dans les deux premiers livres, là c'est un aboutissement et on la retrouvera surement
dans l'oiseau de mauvaise augure ou l'enfant allemand.

Nathalie 01/04/2012 19:07



J'espère bien qu'il s'agit de ça, sinon ça serait désolant... Par contre pour Mellberg, je ne vois pas bien le pourquoi du comment !!! Mais bon, c'est peut-être suédois et comme je ne mange pas
de krisprolls, j'ai pas compris... ;-)