Téléthon 2013 à L'Eclectique

Ce samedi 7 décembre, grande première pour moi, je participe à une manifestation en faveur du Téléthon. Ma librairie favorite, L'Eclectique, mettait en place diverses animations : dédicace d'une auteure jeunesse (Catherine De Lasa), braderie de Noël, vente de crêpes bio, de thé des écrivains et un atelier "Abécédaire". Le tout afin, bien entendu, de participer au mouvement national qui a démarré vendredi sous la présidence, cette année, de Patrick Bruel et donc d'apporter notre pierre à l'édifice.

 

 

Afin de ne pas effrayer les futurs abécédaristes avec 26 mots, des listes de 6, 8 ou 12 mots à piocher dans des chapeaux étaient proposées. Le pari étant d'écrire quelques phrases ou une histoire à partir de ce tirage.

 

Les gens se promènent dans la galerie, attirés par la bonne odeur des crêpes faites par Mélina et par l'ambiance joyeuse qui s'en dégage. Une fois devant les listes de mots, certains reculent, d'autres hésitent, certains s'assoient et jouent le jeu. Les plus volontaires sont les enfants. Eliott, 7 ans, en classe de CE1, s'appliqua pour nous offrir une histoire très bien écrite et pleine de bonté. Le père Noël lui même nous concocta un petit texte cocasse et haut en couleurs.

 

 

En ce week-end précédant les fêtes, j'ai trouvé très agréable ce moment de partage, d'échange, de discussion. Une bulle de chaleur humaine dans ce monde de brutes. Une parenthèse de solidarité.

 

 

J'ai bien entendu tiré quelques mots afin de donner l'exemple et j'ai, tout naturellement, trouvé l'inspiration dans ce moment auquel nous participions tous :

 

"Occupée qu'elle était à manier la spatule et la louche, outils indispensable pour faire ses fameuses crêpes, Mélina ne vit pas le goinfre qui cherchait à lui en subtiliser une. L'asticot profitait de l'agitation qui régnait autour du stand Téléthon pour se nourrir gratos. Dès l'objet de sa convoitise avalé, le loustic, même pas honteux, trouva pourtant à son forfait un arrière-goût indigeste. Il était pourtant peu enclin au remord mais, là, véridique, son larcin lui pesait sur l'estomac. Comment était-ce possible? Un reste du mythique catéchisme de sa jeunesse qui titillait sa conscience ou alors tout simplement son ulcère qui refaisait surface ? Il l'ignorait mais, comme remède, il décida de mettre 2 € dans l'urne orange de l'AFM. Bizarrement, son estomac se calma illico !"