"Un café maison" de Keigo Higashino

Publié le par Nathalie

Voici un ouvrage de l'écrivain japonais Keigo Higashino connu dans son pays pour ses nombreux romans policiers. "Un café maison" est son 3ème livre publié en France chez Actes noirs (2012). On y retrouve le couple Kusanagi-Yukawa qui tente de résoudre un meurtre énigmatique et qui avait déjà fait ses preuves dans "Le dénouement du suspect X" (2011). Ce dernier a connu un très grand succès et a reçu le prestigieux prix Naoki au Japon.


Un café maison0001

Un homme d'affaire, Yoshitaka Mashiba, annonce froidement à son épouse, Ayané, qu'il compte la quitter car la promesse faite lors de leur mariage d'avoir un enfant la première année de leur union n'a pas été respectée.

Un dîner entre amis plus tard, Ayané annonce à son mari qu'elle part quelques jours chez ses parents. Quand elle en reviendra, c'est prévenue par la police que Yoshitaka a été retrouvé mort dans leur maison. Tout semble indiquer qu'il a été empoisonné par une substance contenue dans la tasse de café qu'il était en train de boire.

L'enquête est confiée à l'inspecteur Kusanagi et à sa jeune coéquipière Kaoru Utsumi. Quand celle-ci s'aperçoit que son collègue semble un peu trop sensible au charme de la principale suspecte, elle va demander de l'aide au physicien Yukawa avec qui Kusanagi a déjà collaboré par le passé. Yukawa et Kaoru vont alors se démener pour tenter de trouver la réponse à une enquête qui semble insoluble afin d'ouvrir les yeux à un Kusanagi un peu déboussolé.

 

Ce polar met en scène un énigme très bien pensée et très bien ficelée. Petit à petit, le lecteur va suivre les pistes proposées par les policiers et remises en cause ou confirmées par le rationnel Yukawa. Entre intuitions et raisonnements logiques, les écheveaux d'un crime quasi parfait vont peu à peu se dénouer pour laisser apparaître une solution incroyable et diabolique à souhait.

 

Habituée que je suis aux romans policiers français et anglo-saxons, je dois dire que le rythme lent et feutré de ce polar japonais m'a un peu déstabilisée au démarrage. Et pourtant, si on y pense, il sied si bien à un roman originaire de ce pays traditionnel et zen qu'est le Japon.

Comme dans un épisode de "Columbo", on se doute très vite de l'identité du coupable et donc l'intérêt du livre ne consiste pas en sa découverte mais en la recherche de la méthode utilisée. Passant des impressions des uns aux constatations scientifiques des autres, le lecteur va progressivement se rapprocher de la solution de l'énigme jusqu'à découvrir une manipulation d'une incroyable ingéniosité.

 

Un livre agréable.

Un coupable diabolique.

Un auteur à découvrir.

 

Note : 3,5/5

 

Passage choisi : "L'auteur du crime avait dû viser spécifiquement le café. Deux méthodes étaient possibles. Soit il en avait introduit dans le café moulu, le filtre ou la tasse, soit il l'avait fait au moment où le café avait été préparé. Pour l'heure, il était impossible de dire qu'elle méthode avait été utilisée. Aucune trace d'arsenic n'avait été retrouvée sur les lieux, et aucun élément ne confirmait ni n'infirmait la présence d'un tiers au moment où M. Mashiba avait préparé son café."

Publié dans THRILLERS-POLICIERS

Commenter cet article

monpetitchapitre par Anne 30/01/2013 09:37


Hum, je suis encore frileuse avec les polars japonais mais j'entends beaucoup de bien de cet auteur. Je ne suis pas encore prête à franchir le pas mais je sens bien que je vais craquer tôt ou
tard.

Nathalie 30/01/2013 19:52



Le rythme posé et lent de l'intrigue est destabilisant pour qui apprécie les polars américaisn ou français, mais bon, un peu de zénitude dans un monde de brutes ne peut pas faire de mal de temps
à autre !!! ;-)