"Trois femmes puissantes" de Marie NDiaye

Publié le par Nathalie

"Trois femmes puissantes" est un roman de Marie NDiaye publié en 2009 et prix Goncourt de l'année. Il connut un succès littéraire lors de sa parution.

 

Dans ce livre aux effluves autobiographiques, Marie NDiaye narre le destin de trois femmes africaines. Norah, Fanta et Khady Demba doivent lutter contre les humiliations que leur font subir les hommes de leur entourage.


Trois femmes puissantes0001

Dans le premier récit, Norah, va au Sénégal retrouver un père méprisant qui l'a toujours rejetée mais qui, aujourd'hui, a besoin d'elle. Dans la deuxième histoire, le personnage féminin apparaît en filigrane à travers le portrait de son pitoyable mari, Rudy Descas. Dans la dernière partie, Khady qui veut quitter l'Afrique pour rejoindre le continent européen se voit contrainte de se prostituer afin d'amasser la somme nécessaire à ce voyage qu'elle souhaite libératoire.

 

Trois portraits de femmes confrontées à la domination masculine et qui ploient sous le poids de leur culture. Trois portraits de femmes qui souhaitent s'en sortir et veulent opposer un grand "non" au destin qui semble leur être attribué.

 

Si je dois admettre que le style littéraire de Marie NDiaye est, tout à la fois, puissant, porteur d'émotions et violent ; je suis dans l'obligation d'avouer que ce livre n'a pas su me capter. J'ai trouvé qu'il y avait des longueurs, des phrases aux circonvolutions sûrement nécessaires pour maintenir une tension et une lenteur dans la narration, mais qui m'ont ennuyée.

J'ai trouvé l'intérêt des trois récits inégal. Le premier est celui qui a, sans doute, le plus retenu mon attention de lectrice, mais les états d'âmes et les questionnements de Rudy Descas m'ont terriblement rebutée. Peut-être mon manque d'attirance pour cet ouvrage provient également d'un décalage culturel entre mon vécu et celui de ces trois femmes puissantes. Voici un livre qui n'a su toucher ni mon coeur, ni mon âme...

 

Note : 2/5

 

Passage choisi : "Elle l'étreignit brièvement, sans le presser contre elle, se rappelant qu'il détestait le contact physique à la façon presque imperceptible dont la chair flasque des bras de son père se rétractait sous ses doigts. Il lui sembla percevoir un relent de moisi."

Publié dans ROMANS DU MONDE

Commenter cet article

Evelyne 30/06/2013 15:36


Je n'ai pas trop aimé !!!

Nathalie 30/06/2013 20:09



Idem !!! Pas d'identification...



françoise pasco 15/09/2012 11:12


Si vous le pouvez, lisez "Qu'avons-nous fait de nos rêves" de Jenifer Egan.

Nathalie 15/09/2012 12:47



Je prends note, merci, mais comme j'ai déjà une vingtaine de livres en attente, ça ne sera pas pour tout de suite...



Françoise Pasco 15/09/2012 11:10


C'est aussi l'impression que m'a laissée ce livre : trop fumeux, liens artificiels entre les 3 parties. Je pense aussi qu'il s'agit plutôt de 3 nouvelles qu'on a regroupées" en "roman" pour qu'il
concoure pour les prix littéraires !

Nathalie 15/09/2012 12:45



Comme quoi, un livre n'est pas obligatoirement formidable parce qu'il est estampillé "Prix littéraire"!!! :-)


Après " Purge", c'est le second Goncourt qui me reste sur l'estomac sur les deux que j'ai lus récemment...