"Plan de table" de Maggie Shipstead

Publié le par Nathalie

Voici le premier roman de Maggie Shipstead, jeune femme diplômée de littérature américaine à l'université de Harvard, vivant en Californie.

 

Sorti le 20 septembre, j'ai l'ai lu dès sa parution car il m'a été envoyé à domicile. En effet, en tant que blogueuse, j'ai eu la possibilité de choisir 2 ouvrages parmi 5 des romans publiés en cette rentrée 2012 dans la catégorie "Littérature étrangère" de chez Belfond.


Plan de table0001

Sur l'île de Waskeke, Nouvelle-Angleterre, la famille Van Meter s'apprête à célébrer le mariage de Daphné, la fille aînée, enceinte de sept mois. Pendant que la mère, Biddy et les demoiselles d'honneur s'affairent aux derniers préparatifs, le père, Winn, arrive trois jours avant la cérémonie. Ayant l'impression d'être un chien au milieu d'un jeu de quilles, il observe, désabusé, l'effervescence qui s'empare de chacun.

Au milieu de ce tourbillon, il va devoir faire face à un homard mourant, à une demoiselle d'honneur très empressée de le séduire, à une baleine qui a justement choisi ce moment pour venir mourir sur la plage, à un caddy malpoli et à une fille cadette aux réactions parfois très vives et incontrôlables.

Habitué à garder son calme et son quant-à-soi en toutes circonstances, ce maître de la bienséance, victime d'une éducation protestante stricte, va manquer d'imploser en vol, d'autant que ce qui le chagrine et lui tient le plus à coeur n'est pas la cérémonie, mais son acceptation ou non, par la communauté huppée de l'île, à faire partie du prestigieux club du Pequod.

 

A la lecture de la quatrième de couv', je me suis imaginée un livre aux multiples rebondissements, aux anecdotes croustillantes et au ton humoristique. En fait, il s'agit surtout d'une analyse de la nature humaine et plus spécialement d'une classe sociale. A travers ces trois jours passés en compagnie de la famille Van Meter, on analyse des comportements et on voit, peu à peu, le vernis de la communauté White Anglo-Saxon Protestant (la bonne société blanche et aisée) se craqueler pour révéler un envers du décor pas toujours joli-joli. Entre tromperie, alcoolisme, envie et jalousie, les personnages se débattent entre leur besoin de liberté et le respect des convenances.

 

La critique américaine a bien accueilli ce premier ouvrage, avec des articles élogieux dans plusieurs journaux, dont le New York Times. Personnellement, j'ai moyennement accroché. J'ai trouvé que tout ça manquait un peu d'action, ou plutôt que l'enchaînement des actions manquait de rythme. Cela est sans doute dû à l'incessant va-et-vient entre les préparatifs du mariage et le passé de Winn, qu'il déroule au fur et à mesure de l'histoire afin qu'on comprenne son parcours et son besoin de reconnaissance qui passe nécessairement, pour lui, par son intronisation dans le petit cercle chic et fermé qu'est le Pequod.

Je pense aussi que la thématique est trop éloignée de mon univers et de mes préoccupations pour que le traitement qui en a été fait soit à même de me capter vraiment. Reste que Maggie Shipstead maîtrise bien son sujet et que son style est agréable.

 

Note : 2,75/5

 

Passage choisi : "Aux yeux de Winn, Daphné était un être étrange, une sorte de mage, de charmeuse de serpents ou de pasteur charismatique, l'ambassadrice d'une lointaine contrée de l'expérience. De savoir intellectuellement qu'elle était de son sang ne suffisait pas à l'en convaincre ; il ne la reconnaissait pas immédiatement, spontanément comme le produit de sa chair. Et ce n'était pas faute d'avoir essayé. Il avait changé ses couches et l'avait tenue dans ses bras lorsqu'elle pleurait la nuit, il lui avait enfourné d'infâmes bouillies dans la bouche et il l'aimait à n'en pas douter, mais en grandissant elle lui était devenue de plus en plus étrangère. "

Publié dans ROMANS DU MONDE

Commenter cet article

Marie 16/10/2012 13:56


Une lecture qui ne m'a pas emballée non plus. Une histoire pas très intéressante et assez nombriliste. Un style moyen.

Nathalie 16/10/2012 19:05



heu, ben, oui... Je suis d'accord...


J'ai décidé de lâcher ce livre-voyageur dans la nature afin qu'il rencontre un lecteur/une lectrice qui le trouvera à son gôut.


Livre déposé sur un siège du quai de la gare "Champigny" ligne A, le lundi 05/11/12 à 12h10.



calou 01/10/2012 08:54


pour un moment de détente lecture...?

Nathalie 01/10/2012 16:59



Ben, ça dépend ce que tu recherches quand tu veux te détendre... Perso, ce n'est pas un livre qui m'a détendue !!!



Theoma 28/09/2012 08:08


il m'est tombé des mains...

Nathalie 28/09/2012 20:04



Il a fallu, en effet, que je m'accroche aux pages pour le terminer car j'ai moyennement accroché. Je suis allée jusqu'au bout pour voir si la fin rattrappait de début, mais bon... c'était pas ça
!!! :-)