"Ouragan" de Laurent Gaudé

Publié le par Nathalie

Après "La porte des Enfers"  (ici) et "Le soleil des Scorta" (), voici le troisième roman de Laurent Gaudé qui me passe entre les mains. Publié en 2010 chez Actes Sud, puis en 2012 chez Babel, "Ouragan" met en scène une dizaine de personnages sur fond d'ouragan Katrina. Cette fois-ci, pas de soleil d'Italie, pas de tremblement de terre, mais le déchaînement des éléments en Louisiane.


Ouragan.jpeg

A l'annonce de la tempête qui va faire rage sur le Sud des Etats-Unis, les populations aisées de la Nouvelle-Orléans et des environs sont immédiatement évacuées. Reste la population pauvre, majoritairement noire, qui n'a plus qu'à se calfeutrer ou à tenter de fuir par ses propres moyens. Ainsi vont se croiser les destins d'une négresse centenaire, d'un petit garçon peu bavard, d'un homme hanté par son travail sur une plate-forme pétrolière, d'un révérend catholique qui cherche à éprouver sa foi, d'une bande de prisonniers échappés...

 

Au travers de  ces récits croisés, Laurent Gaudé, bouleversé par la tragédie Katrina, cherche à faire entendre la voix de ceux qui sont restés sur place, de ceux qui n'ont pas eu d'autre choix que d'affronter l'ouragan, les yeux dans les yeux, car issus de classes défavorisées.

 

Encore un roman émouvant et talentueusement écrit par Laurent Gaudé. Le seul bémol dans cette lecture (à mes yeux du moins), le passage d'un personnage à un autre sans aucune indication, ce qui rend la compréhension un peu plus complexe et ralentit le rythme.

 

Chapeau pour les descriptions de scènes dignes de l'Apocalypse avec les eaux qui envahissent tout et la nature qui reprend ses droits !

Chapeau également pour les personnages qui sont très bien construits et qui possèdent une véritable consistance au milieu de ce chaos !

J'ai une préférence pour Joséphine Linc. Steelson, qui ouvre et ferme cette très belle histoire. Quel caractère !!!

 

Note : 4/5

 

Passage choisi : "Moi, Josephine Linc. Steelson, négresse depuis presque cent ans, j'ai ouvert la fenêtre ce matin, à l'heure où les autres dorment encore, j'ai humé l'air et j'ai dit : "Ça sent la chienne." Dieu sait que j'en ai vu des petites et des vicieuses, mais celle-là, j'ai dit, elle dépasse toutes les autres, c'est une sacrée garce qui vient et les bayous vont bientôt se mettre à clapoter comme des flaques d'eau à l'approche du train. C'était bien avant qu'ils n'en parlent à la télévision, bien avant que les culs blancs ne s'agitent et ne nous disent à nous, vieilles négresses fatiguées, comment nous devions agir. Alors j'ai fait une vilaine moue avec ma bouche fripée de ne plus avoir embrassé personne depuis longtemps, j'ai regretté que Marley m'ait laissée veuve sans quoi je lui aurais dit de nous servir deux verres de liqueur - tout matin que nous soyons - pour profiter de nos derniers instants avant qu'elle ne soit sur nous."

Publié dans Laurent Gaudé

Commenter cet article

calou 20/11/2013 15:29


j'ai tout simplement "adoré" ce livre et pas du tout géné par le changement abrupt d'un personnage à l'autre et totalement ravi que ça te plaise...!!! bises

Nathalie 20/11/2013 17:14



J'ai quand même préféré "La porte des Enfers" et "Le soleil des Scorta", plus solaires... :-)



Françoise de Sète 18/11/2013 20:27


Oui, je trouve aussi que c'est un beau bouquin. Belles descriptions et personnages forts.

Nathalie 19/11/2013 18:35



Tout à fait d'accord ;-)