"Meurtres pour rédemption" de Karine Giébel

Publié le par Nathalie

Ce gros pavé de 989 pages (en version Pocket) m'a été prêté par ma collègue Anne-C. J'ai voulu profiter de quelques jours de vacances pour m'atteler à sa lecture mais finalement, je l'ai lu en peu de temps tellement j'ai été happée par cette histoire à la fois belle et terrible.

Sur la couverture, on peut lire l'avis de Gérard Collard : "Un choc comme je n'en ai jamais eu !". Sachant que je ne suis pas souvent d'accord avec ses critiques de livres, j'ai ouvert ce 2ème roman de Karine Giébel avec une certaine retenue. Et bien, je peux vous dire que quand je l'ai refermé, sur une larme, j'ai adhéré très fortement à son avis. Pour moi, ce livre est une véritable claque, j'en ai eu le souffle coupé !!!

Marianne de Gréville, jeune femme de vingt ans, se retrouve en centrale pénitentiaire à perpétuité. Malgré son jeune âge, elle est l'auteure de plusieurs meurtres perpétrés avec une froide violence. Soumise à l'isolement, elle essaie de lutter comme elle le peut contre les humiliations et la brutalité qui régissent son quotidien, entre sa cellule et la cour de promenade. Ses armes : sa volonté sans faille, sa maîtrise des arts martiaux et une grande fierté. Ses ennemis : une matonne sadique, une chef de bande et la promiscuité. Quand sa vie carcérale tourne véritablement au cauchemar, un visiteur inattendu lui offre une porte de sortie : un contrat à remplir en échange d'une nouvelle vie de liberté. Marianne va-t-elle accepter, sans savoir à quoi elle s'engage, afin d'échapper à l'enfer de la prison ?

Dès que j'ai commencé ce roman sombre, j'ai été prise dans un tourbillon d'actions et d'émotions. Marianne, qui apparaît tantôt comme un monstre glacial attiré par la mort, tantôt comme une fragile jeune femme broyée par la vie, est un personnage absolument fascinant. Karine Giébel en a fait une héroïne de tragédie. Les autres personnages gravitant autour de Marianne sont eux aussi très bien réussis, avec leurs forces et leurs faiblesses. On ne peut que les aimer ou les détester, pas de demie mesure possible !!!

Avec son style vif et percutant, l'auteure nous emmène très loin dans l'horreur mais en même temps on ne peut s'empêcher d'éprouver compassion et affection pour sa meurtrière en recherche de rédemption. Sa description de l'univers carcéral, que je ne pense pas très exagérée, fait froid dans le dos. Dostoïevski a dit "Nous ne pouvons juger du degré de civilisation d'une nation qu'en visitant ses prisons." (citation trouvée dans le livre) et je dois dire que cela fait peur !!! Et il n'y a pas que cet aspect du roman qui effraie...

Un bémol cependant qui m'empêchera de mettre la note maximum, j'ai trouvé qu'une petite coupe dans la première partie du récit aurait sans doute évité l'impression de longueur que j'ai ressentie à un moment. Heureusement, cela n'a pas duré longtemps et comme l'action reprend de plus belle dans la seconde partie, je n'ai pas boudé mon plaisir, d'autant plus que je n'ai pas réussi à savoir où voulait m'emmener Karine Giébel.

Si vous avez le moral au beau fixe et que lire un pavé ne vous fait pas peur, foncez chez votre libraire pour vous procurez ce superbe et fascinant roman très noir mais à la fois empreint d'une certaine lumière...

Note : 4,75/5

Passage choisi : "Les pas s'arrêtent devant le cachot. Son cachot. Surprise. Une voix masculine. La porte s'ouvre, des silhouettes se faufilent dans le sas grillagé. Subitement, la lumière injecte du poison dans ses yeux. Ils sont quatre. Deux mecs, deux femmes. Deux surveillants du quartier des hommes, deux matonnes d'ici. Tous la fixent comme les jurés des assises. Pourquoi sont-ils là ? Son instinct ne la trompe jamais. Là, il lui hurle dans la tête, danger ! Mort.

Ils lui parlent ou plutôt lui crachent des mots à la figure, l'injurient. Pourrie, ignoble, méprisable. Ils vont l'éliminer, elle ne sortira jamais de ce cachot. Elle essaie de leur expliquer que c'était la gardienne qui était mauvaise. elle, elle n'a fait que se défendre. Et défendre les autres. mais personne ne l'écoute."

"Meurtres pour rédemption" de Karine Giébel

Publié dans Karine Giébel

Commenter cet article

calou 26/11/2012 10:13


décidemment que d'éloges...!!! il faut que je m'y mette !

Nathalie 26/11/2012 17:16



Il faut, il faut !!!



Graine de blé noir 26/11/2012 06:28


Je l'ai terminé hier soir, bien calée dans mon lit. Et j'ai versé ma petite larme à la fin...


C'est un roman terrible, où on est projeté dans l'horreur, avec quelques lueurs d'espoir pour Marianne, si attachante.


D'accord avec toi, pour un peu de longueurs dans la 2ème partie.


Mais ce bouquin est à lire, pour ceux qui n'en ont pas peur. C'est dur, très dur !


 

Nathalie 26/11/2012 17:11



Merci pour ta visite et ton commentaire.


C'est un livre à lire si on a le coeur bien accroché, en effet !!! Noir, c'est noir...



calou 22/11/2012 10:19


WAOUFFF QUEL COMMENTAIRE ET COMME JE ME SITUE DANS LA CATEGORIE DEFINIE A LA FIN DE CE COMMENTAIRE ELOGIEUX JE NE PEUX QUE LIRE CE ROMAN

Nathalie 22/11/2012 18:32



Ainsi tu vas devoir retourner dans la nouvelle librairie découverte à Toulon et ensuite tu pourras mettre ton avis sur le tableau à craie (et sur mon blog !!!). :-)



Sylvie Sanchez 21/11/2012 17:53


Oui, je confirme, c'est un chouette bouquin! Je l'ai lu il y a quelques mois, conseillé par mon libraire.

Nathalie 21/11/2012 18:20



Ah, contente de voir que nous apprécions (parfois) les mêmes livres ;-)°


Merci pour ce commentaire qui me fait bien plaisir. Bizz