"Les souvenirs" de David Foenkinos

Publié le par Nathalie

"Les souvenirs", roman paru en 2011 chez Gallimard, est le troisième ouvrage de l'auteur que je lis, après "La délicatesse" (ici) et "Le potentiel érotique de ma femme" (). On retrouve encore une fois le style très personnel de l'auteur qui aime bien insérer des "morceaux choisis" au coeur de son histoire. Ici, pas de posologies de médicaments ou de proverbes, mais des souvenirs marquants de plusieurs personnages cités dans son roman qui s'égrainent au fil des chapitres, donnant ainsi plus de force au titre choisi.


Les souvenirs

Le narrateur, apprenti romancier qui travaille comme veilleur de nuit dans un hôtel en attendant de trouver une inspiration qui semble le fuir, se rend compte, à la mort de son grand-père, du temps perdu, qui ne se rattrapera jamais. Afin d'atténuer ses regrets, il va essayer de ne pas reproduire le schéma avec sa grand-mère et, quand celle-ci, endeuillée, sera placée par ses fils dans une maison de retraite, il fera tout pour partager avec elle les petits moments précieux que la vie leur accorde encore, jusqu'à remonter sur les traces de son enfance.

 

"Les souvenirs" est un très joli roman sur la vieillesse, les liens entre les générations, le couple et l'amour. Comme toujours, David Foenkinos écrit en trempant sa plume, tout à la fois, dans la délicatesse et la poésie. Voici donc un roman qui aborde une thématique pleine de mélancolie et de nostalgie mais qui, malgré tout, grâce à l'humour et l'humanité des personnages, laisse au lecteur une note plus que positive.

Tout au long du livre, je n'ai pu m'empêcher de me demander qu'elle était la part autobiographique du roman tant l'histoire semble réaliste et personnelle. Et puis, les notes en bas de page, sortes de confidences glissées au creux de l'oreille du lecteur, ne font que renforcer cette impression d'être dans l'intime.


Encore un très joli livre, merci M. Foenkinos !


Note : 3,75/5

 

Passage choisi : "A cette époque, je rêvais de devenir écrivain. Enfin non, je ne rêvais pas. Disons que j'écrivais, et je n'étais pas contre l'idée que toute cette stimulation neuronale me soit utile pour occuper concrètement mes jours. Mais rien n'est moins sûr. Je me souviens si bien de ces années où je ne savais rien de mon avenir. J'aurai tout donné pour avoir des éléments de ma vie d'adulte, pour me rassurer, pour qu'on me dise de ne pas m'inquiéter car je trouverais un chemin à suivre. Mais rien à faire, le présent reste immobile. Et personne n'a eu l'idée d'inventer les souvenirs du futur."

Publié dans David Foenkinos

Commenter cet article

calou 04/03/2013 14:00


Génial...Grand Merci...!!! bises

Nathalie 04/03/2013 17:00



De nada...



calou 04/03/2013 09:21


le thème me semble bien intéressant et d'après ton commentaire bien traité... affaire à lire !

Nathalie 04/03/2013 10:46



Voici un livre qui ne fera pas le voyage vers le Sud car déjà rendu à sa propriétaire... Mais ne t'inquiète pas, 8 autres arrivent en IDTGV par porteur spécial !!! ;-)