"Les Patriarches" de Anne Berest

Publié le par Nathalie

Voici le deuxième roman écrit par Anne Berest après "La fille de son père", publié en 2010 aux éditions du Seuil. N'ayant pas aimé le premier, j'étais curieuse de voir l'impression que me ferait celui-là quand on me l'a proposé à la lecture...


Les-patriarches.jpg

Encore une fois, Anne Berest s'attaque à la thématique du père. Ici, il s'agit pour Denise, l'héroïne, de découvrir ce qui s'est passé dans la vie de son père, Patrice Maisse, pendant les quelques mois de l'année 1985 où il n'était pas avec sa famille. Cette période, pudiquement nommée le "voyage" par l'entourage de Denise l'intrigue. Étant décédé, son père ne peut plus répondre à cette question qui la ronge. Sa mère refusant d'aborder le sujet, elle va finalement se tourner vers les fréquentations de son père, et surtout vers Gérard Rambert, un homme qu'il avait connu lors de ce "voyage".

 

Ce roman est composé de deux parties bien distinctes. La première raconte la quête de Denise. On y apprend le passé de ce père artiste, ses relations à sa femme, à ses enfants, son besoin de liberté, ses rencontres éphémères... On y fait la connaissance de Denise, une jeune fille écorchée par la vie, qui va passer un marché avec Gérard Rambert afin de découvrir ce que tout le monde lui cache.

La seconde partie est plus documentaire, puisqu'il s'agit pour l'auteure de raconter le quotidien d'un drogué dans un centre pour toxicomanes appelé "Le Patriarche". Ce centre est une réalité, puisqu'il a été créé en 1972 par Lucien Engelmajer et soignait des drogués avec des méthodes peu traditionnelles. Après avoir essaimé dans le monde, les centres du Patriarche ont été mis en cause, en France, en 1995, comme organisation sectaire.

 

Tout comme le roman précédant, je n'ai pas apprécié cet ouvrage. A la rigueur, la seconde partie, traitant de la manière dont les "cures" se déroulaient au Patriarche m'a plus intéressée que la première.

Encore une fois, j'ai trouvé que Anne Berest partait dans tous les sens et nous livrait une histoire très fouillis. Elle saute du coq à l'âne, lance ses personnages dans des monologues pas très intéressants pour l'histoire... La première partie m'a donné une impression de lenteur et de remplissage. Par contre, j'ai trouvé sa manière d'écrire un peu plus fluide qu'auparavant, les phrases étant moins hachées, mieux construites.

Encore une fois, j'ai trouvé l'idée de départ intéressante mais son traitement trop lourd et laborieux. Et puis, il y a aussi une atmosphère malsaine et oppressante qui plane tout au long du roman qui ne m'a pas convenu. Je crois donc pouvoir dire maintenant que je ne suis pas une lectrice faite pour les ouvrages d'Anne Berest...

 

Note : 1,5/5

 

Passage choisi : "Denise connaissait tout de la vie de son père. Aujourd'hui, elle pourrait presque affirmer qu'elle la connaissait heure par heure. Il la lui avait racontée. Sa mère la lui avait racontée. D'obscurs fans aussi. Et eux tous la lui racontaient encore aujourd'hui, au cas où Denise avait pu l'avoir oubliée, au profit de ses propres souvenirs, de sa vie sans intérêt par rapport à la leur, à celle aventureuse de ses parents. Comme s'ils avaient tout pris des attributs de la jeunesse, et qu'elle arrivait trop tard, après la razzia.

Denise connaissait donc toute la vie de son père, à l'exception de quelques mois, entre mars et le jour de Noël de l'année 1985."

Publié dans Anne Berest

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DF 28/10/2012 22:27


Ayé... je viens de rédiger mon billet de blog sur ce livre, ici:

http://fattorius.over-blog.com/article-les-arcanes-du-patriarche-par-anne-berest-111825584.html

Finalement pas mal, mais c'est vrai que c'est empreint de gravité.


 


 


 


 

Nathalie 29/10/2012 09:54



Billet lu avec plaisir.


Je n'avais pas lu "Le Patriarche" car dans les années 80 j'étais trop jeune mais je me souviens d'un dimanche, sur un marché, un type en faisait la promotion sur un stand et ce qu'il disait
m'avait marquée. Il y avait des photos du "gourou" autour de lui et son visage m'avait fait forte impression. Je ne m'en souvenais plus jusqu'à la lecture du livre d'Anne Berest...



DF 26/10/2012 13:21


Je suis en train de le lire, c'est vrai que c'est foisonnant - en particulier, il ne me paraît pas toujours évident de m'y retrouver avec les personnages. Mais on s'y fait - et il y a un
petit côté surréaliste dans l'épisode des photos de ronds-points en fin de première partie.

J'ai lu il y a pas mal d'années le livre "Le Patriarche" de L. Engelmajer; tout cela devrait donc me rappeler quelques souvenirs - surtout la deuxième partie, que vous évoquez.

Nathalie 26/10/2012 18:12



J'ai aussi bien apprécié l'épisode des ronds-point. Une petite note d'humour dans cette histoire plutôt sombre.


Bonne fin de livre et merci pour votre visite !!!