"Les Heures souterraines" de Delphine de Vigan

Publié le par Nathalie

Livre acheté lors de mon avant-dernière visite à l'Eclectique afin d'avoir quelques chose à lire durant mon petit séjour londonien.

J'ai connu Delphine de Vigan, non pas par la lecture, mais par le cinéma, en voyant  "No et moi". Ce film m'avait beaucoup plus. J'ai ensuite entendu parler d'elle dans divers magazines suite à la sortie de "Rien ne s'oppose à la nuit", livre qui a fait beaucoup de bruit en 2011. Mais jusqu'à présent, je n'avais rien lu d'elle...

Vu le plaisir que j'ai pris à dévorer "Les Heures souterraines", je me suis dit que j'aurais dû découvrir Delphine de Vigan plus tôt !!! Livre englouti avec fébrilité en deux petites soirées.

Les-heures-souterraines0001.jpg

Dans cet ouvrage, l'auteur nous fait suivre la journée de Mathilde et de Thibault, personnages qui ne se connaissent pas, même si le hasard va les faire se croiser, et qui sont tous deux en détresse.

Mathilde, en pleine dépression depuis des mois, subit le harcèlement de son supérieur hiérarchique. Elle lutte courageusement, tente de tenir le cap, mais ses nerfs sont sur le point de lâcher.

Thibault, médecin urgentiste, accro à une relation amoureuse nocive pour son équilibre, cherche à se libérer de l'emprise de cet amour à sens unique.

Chapitre après chapitre, on plonge avec Mathilde et Thibault dans leurs pensées, dans les gestes de ce quotidien qui leur pèse sur les épaules. On partage avec eux les émotions qui les étreignent. On ressent un besoin urgent de venir à leur secours. On tourne les pages avec frénésie afin de découvrir les mots qui vont les apaiser, les soulager... et, peut-être, les faire se rencontrer pour que, à deux, ils soient plus forts. Mots qui n'arrivent jamais...

On lit, on est ému, on trébuche avec eux, on voudrait pouvoir leur tendre une main salvatrice ou leur prêter une oreille attentive, mais Delphine de Vigan mène ses personnages jusqu'à une fin... sans fin. Tels deux petits esquifs perdus au milieu de la vie (et de la ville), les deux personnages sont malmené et entraînés malgré eux dans la tourmente d'une violence quotidienne omniprésente.

C'est un texte bien écrit. C'est fluide, prenant, émouvant... Mais, je suis restée frustrée car j'aurais voulu prendre les rênes de l'histoire et ne pas avoir à imaginer l'avenir de Mathilde, celui de Thibault. Delphine de Vigan a su faire monter la pression, le désir de connaître la suite... Elle met le lecteur en attente... et finalement, nous laisse face à un sentiment d'inachevé, un goût d'inassouvi. En même temps, je ne peux m'empêcher de penser que c'est justement ce final qui donne cette force et cette qualité à ce roman !!!

Note : 4,5/5

Passage choisi : "Il avait oublié à quel point il était vulnérable. Est-ce que c'était ça, être amoureux, ce sentiment de fragilité ? Cette peur de tout perdre, à chaque instant, pour un faux pas, une mauvaise réplique, un mot malencontreux? Est-ce que c'était ça, cette incertitude de soi, à quarante ans comme à vingt ? Et dans ce cas, qu'existait-il de plus pitoyable, de plus vain?"

Publié dans Delphine de Vigan

Commenter cet article

calou 19/09/2013 10:57


Je viens de refermer "Rien ne s'oppose à la nuit" de Delphine. Il y a bien longtemps que je n'avais pas lu une oeuvre aussi "lourde", "angoissante", d'une tristesse infinie...Attention à ne pas
considérer mes propos comme une critique négative ! loin de là, bien au contraire... Une oeuvre magnifique, splendide, qui a la capacité d'aller jusqu'au plus profond des tripes et de l'âme de
son lecteur. Ma bichette, si ce n'est déjà fait (ma recherche de ce livre sur ton blog a fait chou blanc), à lire IMPERATIVEMENT. Bises. 

Nathalie 19/09/2013 19:52



C'est en effet un livre en perspective de lecture, mais comme tu as pu le constater, en ce moment, pas le temps de m'occuper du blog. Je pense que les choses vont s'améliorer d'ici quelques
semaines, le temps de trouver un nouveau rythme de croisière... ;-) Bizz



Evelyne 30/06/2013 15:29


J'ai aimé ce livre mais je ne sais plus pourquoi ! Il faudra que je le feuillette à nouveau.

Nathalie 30/06/2013 20:06



Vu le nombre de nos lectures, c'est normale d'en oublier certaines... ;-)



calou 06/05/2013 09:55


lu en un après-midi


un véritable régal et ce que vit Mathilde a eu une résonnance particulière pour moi par rapport à ce que j'ai vécu avec mon avant dernier employeur...c'est tellement bien ciblé que je pourrai
croire que l'auteure a vécu réellement ça ! ! !


bon livre ! par contre la fin ne m'a pas laissé sur ma faim je m'y attendais un peu ...une autre fin eut été dommage !


 

Nathalie 06/05/2013 15:02



Contente que mes prêts plaisent !!! Bizz



calou 29/02/2012 14:27

le passage choisi donne un bel aperçu de cette fluidité dont tu parles. Rien de tel comme thème pour un sujet dense, étoffé et surtout inépuisable que "l'humain et ses sentiments".
Le titre est du registre "poètique" : Les Heures Souterraines... élégant, esthétique et prometteur.
Bisous.

Nathalie 29/02/2012 21:22



Je viens de le prêter à une lectrice de notre connaissance et il sera dispo lors de ton prochain passage dans ma
bibliothèque !!!