"Les bruines de Lanester" de Jean Failler

Publié le par Nathalie

J'aime la Bretagne : ses paysages, son air vif, ses habitants, son folklore, ses galettes, son cidre, son kouign-amann... J'essaie donc d'aller au moins une fois par an en Bretagne. Parfois dans le Finistère, d'autres fois dans le Morbihan ou alors encore dans les Côtes d'Armor, sans oublier l'Ille et Vilaine bien entendu. A chaque fois, je visite, je découvre, je savoure les caramels au beurre salé ou le far aux pruneaux. J'ai institué, depuis quelques années, un petite habitude : à chacun de mes voyages bretons, je ramène, dans ma valise, un livre de la série de Jean Failler, "Une enquête de Mary Lester". J'en ai pour le moment lu neuf...

 

Découverte par hasard, cette série dans laquelle on suit les aventures policières de Mary Lester, jeune femme têtue et décidée, nous emmène à chaque fois dans une nouvelle ville de Bretagne. En plus de suivre l'enquête, nous visitons la région et découvrons des coutumes ou des métiers typiques du coin. C'est, je crois, ce qui m'a plu dans ces livres.


Mary-Lester0001.jpg

Dans ce premier tome, nous faisons connaissance avec Mary, inspecteur   stagiaire, qui pressent un lien entre la disparition d'un directeur de société et le cambriolage d'une maison. Pour l'inspecteur Amédéo, son supérieur, il ne s'agit que d'enquêtes de routine. Pour Mary, qui tel Columbo, réfléchit et arrive à relier des faits qui apparaissent sans intérêt pour d'autres, il s'agit de beaucoup plus que ça. Opiniâtre, entêtée et ne se laissant pas dicter ce qu'elle a à faire, malgré son manque d'expérience, elle fouine, interroge, fait fonctionner sa logique et ... arrive à résoudre cette enquête.

 

Jean Failler, auteur breton, nous emmène visiter la Bretagne avec son héroïne. Son style est agréable à lire et les enquêtes faciles à suivre. Certains tomes sont meilleurs que d'autres, mais fidèle à ma tradition, je suis Mary sur les traces des voyous en tous genres, au moins une fois par an.

 

Note : 2/5

 

Passage choisi : "Les mains dans les poches de son pantalon, l'imper rejeté en arrière, le feutre sur l'oeil, la cigarette collée à la lèvre supérieure, Marc Amadéo joue les Bogart, l'air avantageux, campé devant le bureau métallique de Mary Lester. Mary s'efforce au calme, mais elle est sûre que son hostilité se lit dans ses yeux. Elle commence a en avoir soupé de ce sale type de macho avec son ton protecteur, sa suffisance..."

Publié dans Jean Failler

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article