"Le roi n'a pas sommeil" de Cécile Coulon

Publié le par Nathalie

Il y a une semaine, je suis allée faire un tour dans ma librairie préférée de St Maur, l'Eclectique, pour aller réceptionner une commande passée pour le boulot et, j'en ai profité pour m'offrir quatre livres car la pile d'ouvrages en attente sur ma table basse commençait à se réduire à l'état d'une peau de chagrin.

Pour connaître les livres que j'ai choisis, il va falloir patienter un peu... ;-)

J'en ai aussi profité pour discuter avec le libraire. C'est toujours un moment sympa. Il aime les livres, son boulot et les gens, donc on a toujours un accueil agréable. Comme je lui expliquais que, depuis quelques mois, j'avais ouvert ce blog de lectrice, il m'a offert un livre, reçu en spécimen, afin de contribuer à enrichir mes lectures et mes pages web.


Voici donc comment je me suis retrouvée en possession du dernier roman de Cécile Coulon, "Le roi n'a pas sommeil". Jeune femme de bientôt 22 ans, elle a déjà écrit plusieurs ouvrages. Elle a été révélée par "Méfiez-vous des enfants sages", paru en 2010 alors qu'elle avait tout juste 20 ans.

 

Comment vous parler de ce roman qui m'a interpellée... Je l'ai trouvé d'une grande maturité littéraire. Je ne pensais pas trouver un telle qualité narrative dans un roman écrit par quelqu'un d'aussi jeune. L'histoire, sans véritable repère temporel pour situer l'époque, nous raconte le destin de Thomas Hogan. Un destin sombre et tragique...


La-roi-n-a-pas-sommeil0001.jpg

Au début du livre, Thomas est arrêté, menotté, envoyé en prison. On ne sait pas pourquoi. L'auteur va nous ramener dans le passé pour nous faire comprendre le présent. Cécile Coulon va, telle une bobine de fil, nous dérouler la vie des parents de Thomas : l'acharnement du père, William, à posséder et entretenir une propriété qui fait sa fierté, la rencontre avec la mère, Mary, les années de dur labeur, la naissance de Thomas, leur unique enfant, qui s'avère fragile et vulnérable, trop différent de son père, la blessure de ce dernier qui va mettre un terme à son rêve et devenir le point de départ d'une souffrance et d'une peur qui vont ronger Thomas.

Elle nous raconte l'enfance de celui-ci, son adolescence, son amitié avec Paul, puis le fossé qui va se creuser peu à peu entre eux, son besoin de se prouver à lui même et à sa mère qu'il peut, comme son père par le passé, s'occuper de la propriété familiale, sa rencontre avec Donna, l'assistante du docteur O'Brien... Elle va placer sur le plateau de jeu toutes les pièces qui vont peu à peu s'assembler pour qu'on l'on comprenne ce qui a amené Thomas à faire ce qu'il a fait..., et que le lecteur ne découvre qu'à la fin.

 

J'ai trouvé cette oeuvre agréable à lire, bien que très descriptive, car Cécile Coulon a un style poétique. Elle est très précise et a le sens du détail, ce qui fait que l'on côtoie des personnages que l'on a l'impression de connaître. Son utilisation de nombreuses métaphores est parfois surprenante, mais finalement tout reste toujours clair et fluide. On la sent inspirée par la littérature américaine, de celle qui dresse des portraits d'homme à la déroute. Je pense qu'avec l'âge et l'expérience, ses futurs romans gagneront en épaisseur et en émotions. Une romancière à suivre...

 

Note : 4/5

 

Passage choisi : "Même si l'idée d'avoir un fils qui avait son nom et sa couleur de tifs réjouissait William, il pressentait que le môme n'aurait jamais la force de faire tout ce que lui, Wiliam Hogan, avait accompli. Il l'imaginait derrière un bureau à tapoter sur une foutue machine de l'Etat plutôt qu'en forêt, sous trente degrés, à tirer des troncs de pin en compagnie de ses anciens camarades de classe."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article

calou 17/05/2013 11:07


je viens de le terminer


extra, un récit prenant bien que parfois le style permet d'avoir la sensation de traverser l'histoire sans toutefois être dans l'histoire


des descriptions de personnages on ne peut plus évocatrices et une façon d'écrire qui laisse le lecteur à distance tout en étant pris par le déroulement de cette même histoire


biz

Nathalie 17/05/2013 17:26



Un bon conseil de mon libraire à l'époque de sa sortie. Un belle lecture...



NANOU 24/01/2012 09:03

vivement intéressée par la création de ton blog sur lequel je me suis précipitée dès que j' ai eu connaissance de son existence .
bravo Nath !
les ouvrages choisis sont comme ta librairie préférée : éclectiques !
voici un livre qui peut être te plaira :
"La Femme au miroir " d'Eric Emmanuel SCHMITT , auteur que tu connais déjà .

trois personnages de femmes , toutes différentes mais ayant toutes la même soif de liberté et l'envie d'exister sans "béquilles ", quoique pour l'une d'elle sa béquille elle ne la soupçonne pas
.
longue vie à ton blog .

Nathalie 24/01/2012 18:31



Merci !!!


Je n'ai pas encore lu ce livre, mais j'y songerai quand la pile qui s'accumule sur ma table basse se mettra à diminuer (entre les prêts et les achats, je ne m'en sors plus... mais j'aime ça !!!)


N'hésite pas à faire connaître le blog autour de toi, s'il t'a plu, et à t'inscrire à la newsletter pour être avertie à chaque nouvel article.



c.coulon 19/01/2012 20:05

c'est un ami qui a fait suivre

Nathalie 19/01/2012 20:54



Ok. Mais lui, connaissait-il déjà mon blog ou l'a-t-il trouvé par hasard ?


Je demande ça car j'ai peu de retours des visiteurs de mon blog (qui est récent). Seuls les familiers ou amis laissent des messages donc je suis curieuse de savoir comment on le découvre pour la
première fois.



c. coulon 19/01/2012 14:25

ravie que le livre "interpelle"! merci !

Nathalie 19/01/2012 18:46



De rien !!! Quand j'aime, je le dis et quand je n'aime pas... aussi !!! ;-)


Par curiosité, pouvez-vous me dire comment vous avez eu connaissance de mon article ?


Au plaisir de vous lire à nouveau...



calou 19/01/2012 11:58

excellente présentation ; tu m'as vraiment donné envie de lire ce bouquin. BISOUS à toi et Alixou

Nathalie 19/01/2012 18:43



Encore un livre qui ne va pas pas alléger ta valise !!!


Fais une liste, sinon tu vas oublier ce que je dois te prêter ;-)