"Le manuel de la mauvaise mère" de Kate Long

Publié le par Nathalie

N'ayant jamaisManuel-d-une-bonne-mere0001.jpg lu ni Dolto, ni Pernoud lorsque j'étais enceinte, je me suis dit que, quelques années après, j'allais très certainement dévorer avec un certain délice "Le manuel de la mauvaise mère ". Le titre m'a fait sourire... donc j'ai acheté ce roman présenté comme "un premier roman hilarant et touchant à la fois" par une journaliste anglaise.

 

Il s'agit d'une chronique racontant les relations mère-fille sur trois générations. Trois voix de femmes, écrites dans trois polices de caractères distinctes, qui nous invitent dans leur vie, dans leurs pensées. La grand-mère, la mère et la fille cohabitant sous le même toit, les occasions de nous faire rire ou de nous émouvoir sont donc fréquentes. 

 

Charlotte a 17 ans et, comme beaucoup d'adolescents, elle frôle fréquemment la rébellion. Son quotidien, partagé par sa jeune mère de 33 ans, Karen, et Nan, sa grand-mère qui commence à perdre la boule, n'est pas tous les jours simple à vivre. Les portes claquent, la musique de la stéréo hausse le ton, mais il y a de l'amour dans les échanges entre ces trois femmes, et finalement c'est ce qui importe. Et quand la quatrième génération est en cours de préparation... rien ne va plus !!!

 

Ce roman est une vision des relations transgénérationnelles, de leurs difficultés autant que des beaux moments que cela peut générer. Il parle aussi de la transmission, volontaire ou non, des schémas familiaux ou des modes de fonctionnement.

 

Je l'ai trouvé sympa à lire (même si certains propos sont un peu crus), marrant, actuel et proche d'une réalité qui, même si elle n'est pas forcément la mienne, n'a pu que me toucher en tant que mère, mais aussi en tant que fille (Pour grand-mère, on va attendre encore quelques années, merci ! ).

 

Note : 3/5

 

Passage choisi : "Et voilà. C'était la grande scène de séduction. J'imagine que, raconté comme ça, elle paraît plutôt grossière. Elle l'était en partie. N'empêche que je suis une femme maintenant. Une adulte. Certaines personnes s'en apercevront peut-être même au premier coup d'oeil (La vache ! J'espère que non ! Les filles de l'école disent qu'on a une drôle de démarche après). L'important, c'est que j'ai une vie privée à laquelle ma mère n'appartient pas à présent, et que c'est le début des grands changements dans cette baraque."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article

Nany 15/10/2011 09:15


En rien je ne me suis retrouvée dans ce livre très agréable à lire, serai-je une bonne mère ?


Nathalie 15/10/2011 12:50



ça doit être ça !!!