"Le livre de ma mère" d'Albert Cohen

Publié le par Nathalie

Livre conseillé par un ami lors d'une discussion sur les relations parents-enfants, "Le livre de ma mère" d'Albert Cohen est un ouvrage publié en 1954, soit une dizaine d'années après la mort de sa mère.


Le livre de ma mère0001

Dans ce livre, l'auteur raconte des épisodes de la vie maternelle, épisodes qui bien entendu tournent autour des relations que cette mère entretenait avec son fils unique. Ses visites à Genève où il résidait, ses attentes lorsque Albert sortait le soir et rentrait tard, les bons petits plats qu'elle préparait uniquement pour lui plaire...

Albert Cohen se remémore tous ces instants et parle des sentiments qu'il a pu éprouver de son vivant, et maintenant qu'elle n'est plus, il regrette d'avoir été dur avec elle, d'avoir parfois eu honte et de ne pas avoir assez su la comprendre et lui montrer qu'il l'aimait.

 

Ce livre est un véritable cri d'amour pour une mère disparue, un témoignage émouvant empli de tendresse et de remords écrit par un fils orphelin qui souffre de cette absence génératrice de vide. Écrit dans un style qui contribue à renforcer cette lancinante et répétitive plainte, ce livre a un aspect désuet plein de poésie et de nostalgie.

Toutefois, je n'ai que moyennement apprécié les charmes de cette oeuvre, même si je dois avouer que, sur le plan de l'écriture, il y a matière à l'aimer, car j'ai trouvé qu'au fil des pages les mots de l'auteur se transformaient en jérémiades d'enfant trop gâté qui culpabilisait et pleurait plus sur son sort d'orphelin que sur celui de sa mère qu'il avait souvent négligée de son vivant. Ces phrases que je trouvais émouvantes au début me sont apparues convenues et trop appuyées pour être pleinement sincères au fur et à mesure de ma lecture. Peut-être est-ce dû à l'effet répétitif des tournures, ou alors tout simplement à mon regard de femme/mère d'une autre époque ?

 

Je conseille toutefois cette lecture afin que chacun puisse se faire sa propre opinion car malgré tout ce roman est intéressant de part la réflexion qu'il engage à faire sur les relations qu'on peut avoir avec ses parents. Il est effectivement important, pour n'avoir aucun regret une fois leur disparition venue, d'être capable de les apprécier à leur juste valeur de leur vivant et de le leur faire savoir.

 

Note : 3/5

 

Passage choisi : "Mais rien ne me rendra ma mère, ne me rendra celle qui répondait toujours et accourait si vite au doux nom de Maman. Ma mère est morte, morte, morte, ma mère morte est morte, morte. Ainsi scande ma douleur, ainsi monotonement scande le train de ma douleur, ainsi scandent et tressautent les essieux du train de ma douleur, du train interminable de ma douleur de toutes les nuits et de tous les jours, tandis que je souris à ceux du dehors avec une seule idée dans ma tête et une mort dans mon coeur."

Publié dans DIVERS

Commenter cet article

calou 13/05/2013 09:37


il m' a fallu du temps pour m'habituer aux tournures de l'auteur


il m'a semblé bien des fois que cet "hymne" à sa mère se voulait universel mais c'est une supercherie ! ! ! bien des hommes même après la mort de leur mère ne sentiront ni ne penseront comme
l'auteur, il m'est apparu que le registre dans lequel le lecteur se trouve est par trop personnel pour une adhésion même partielle aux "vérités" assénées"


de plus sa mère est l'objet du discours mais le discours est terriblement centré sur l'auteur lui même...!!!

Nathalie 13/05/2013 17:16



J'ai effectivement été partagée par cette lecture car je trouve le propos trop égocentré pour être pleinement honnête. Pleure-t-il sur lui ou sur la disparition de sa mère ???



NANOU 07/02/2013 15:17


alors là Calou je suis entièrement d'accord avec toi sur l'impression qui m'est restée après la lecture de ce Goncourt ! Goncourt ! mais qui peut encore décerner un tel prix pour un tel livre ?
il serait peut être bon de changer le jury ....


si un élève de terminale écrivait ne serait ce qu'une seule phrase comme celles de   l'auteur  l'auteur , il se ferait tancer !


outre les phrases alambiquées et interminables , le sujet insipide met le lecteur , en l'occurence , ici , la lectrice dans un état de léthargie profonde  .


comme tu l'as compris .... je me suis ennuyée et  ai fermé le livre avec plaisir .


qui je suis pour égratigner un Goncourt? une simple dévoreuse de livres très variés et ce depuis déjà ...quelques cécennies !!!!


 

Nathalie 07/02/2013 16:56



Pas encore lu "Le sermon sur la chute de Rome", mais vu les deux avis délivrés ici, je vais peut-être m'abstenir !!!  Ou alors pour m'aider à trouver les bras de Morphée les soirs de pleine
lune ???



calou 29/01/2013 09:00


si t'as des bouquins a descendre pour ta grand-mother c'est ok car elle dévore et est facilement en panne de lecture


biz

Nathalie 29/01/2013 19:09



J'y penserai... ;-)



calou 25/01/2013 09:47


yes, yes échange de bouquins prévu en mars vive le 8 au soir

Nathalie 25/01/2013 19:59



Des vacances, des livres, du soleil et une compagnie agréable, alors oui, vivement le mois de mars !!!



calou 24/01/2013 09:29


le thème m'intéresse beaucoup et j'ai grandement apprécié la fin de ton commentaire


de mon côté je viens de finir "sermon sur la chûte de Rome"  il est prévu que tu le récupéres en mars il a rejoint la pile de l'armoire...perso je ne sais pas si j'ai aimé ou pas...? une
écriture ou il n'y a pas grand chose à redire si ce n'est parfois des phrases d'une longueur incommensurable, un thème + qu'intéressant mais...un je ne sais quoi qui me retiend d'adhérer
totalement...tu jugeras sur pièce


biz

Nathalie 24/01/2013 17:09



On va faire un échange de livres en mars, alors !!! ;-)