"Le coeur régulier " de Olivier Adam

Publié le par Nathalie

Quand Alexandra (soeur de ma meilleure amie depuis le lycée) a ouvert sa librairie à Villecresnes ("Au fil des pages"), je suis allée lui rendre visite et, pour lui porter chance, j'ai joué à la cliente. J'ai donc regardé ce qu'elle avait de sympa en livres de poche et j'ai acheté "Le coeur régulier" de Olivier Adam sur ses conseils avisés. Merci Alex pour ce pur moment de délice et d'émotion... 

 

Depuis que Sarah a appris la mort de son frère Nathan, elle a l'impression de vivre en dehors du monde. Il était pour elle son ami, son confident, son jumeau. Persuadée que sa mort, dans un accident de voiture, est un acte voulu par son frère, elle cherche à remonter le fil déroulé par Nathan pour comprendre et pouvoir, peut-être, faire son deuil. Ses pas vont la mener au Japon, à la rencontre de Natsume, un vieil homme solitaire qui s'est fixé pour but d'empêcher les gens de se jeter des falaises proches de son domicile. La route de Natsume a croisé celle de ce frère aimé qui naviguait souvent sur les eaux sombres du désespoir. Sarah va à la rencontre des dernières personnes qui ont vu Nathan, des derniers lieux où il a séjourné, pour marcher sur ses pas, revivre ses émotions et partir une dernière fois à sa rencontre. Son voyage vers son frère va cependant la mener beaucoup plus loin qu'elle ne l'aurait imaginé...


Le-coeur-regulier0001.jpg

Je dois avouer que quand j'ai ouvert le livre et feuilleté les premières pages, j'ai vite constaté qu'il s'agissait essentiellement de narration pure, de descriptions de lieux, de personnes, de sentiments... et j'ai été rebutée car j'apprécie beaucoup les dialogues. Puis, me souvenant qu'Alex m'avait fortement conseillé cet ouvrage, je me suis mise à le lire et j'ai beaucoup apprécié. L'écriture est agréable, délicate, toute en émotion, mais cependant en retenue. Olivier Adam nous entraîne dans la quête folle de Sarah. Il nous prend par la main et ne nous lâche plus. J'ai eu l'impression d'être au Japon, de marcher au bord de la falaise, de sentir l'encens des temples... J'ai eu l'impression de connaître Sarah, Nathan, Natsume... tellement les personnages sont vibrants de sentiments, porteurs de blessures mais, malgré tout, portés par une incroyable force.

 

Note : 4,5/5

 

Passage choisi : "Nous nous laissons dépasser, décrochons du cortège. Dombori me frôle et son visage est grave, comme tendu par la colère, méconnaissable. La bonté lumineuse du regard, la voix égale et mesurée, c'est ce qui m'avait frappée dans ce reportage assez médiocre que lui avait consacré une télévision française. Voilà l'homme qui a sauvé Nathan, m'étais-je dit en découvrant son visage, et ce visage et cet homme m'avaient plu. La modestie de son discours, sa manière de minimiser ses actes, de faire passer sa mission pour banale, anodine. La moindre des choses."

Publié dans Olivier Adam

Commenter cet article