"La vie interdite" de Didier van Cauweleart

Publié le par Nathalie

"La vie interdite" de Didier van Cauweleart

Troisième livre de Cauwelaert a être passé entre mes mains de lectrice, et tout comme pour les deux autres, j'ai trouvé l'histoire originale, magique et bien écrite. Celui-ci aussi m'a été prêté par mon beau-frère. Faut dire que, vu qu'il prend les transports en commun tous les jours, il lit beaucoup, histoire de ne pas avoir à regarder la mine morne de ses compagnons de wagon (Oui, Matthieu, je sais que je dois dire "voiture" pour des personnes, mais comme on ressemble plus à du bétail entassé qu'à des êtres humains, j'utilise sciemment le mot "wagon", na !!!).

Jacques Lormeau, le narrateur, est quincaillier à Aix-les-Bains. Il a trente-quatre ans et le récit commence le jour de sa mort. A partir de là, nous allons le suivre dans son errance parmi les vivants. Comment va-t-il faire pour communiquer avec les gens qui l'entourent ? Comment va-t-il vivre les événements qui vont découler de sa mort? Comment va-t-il réagir face aux décisions que vont devoir prendre ceux qui lui survivent ?...

L'auteur nous entraîne avec humour, sensibilité et suspense sur un chemin qui nous interroge tous. Qu'y a-t'il après la mort ? Que devenons-nous ? Y a-t'il un Paradis, un Enfer, un Purgatoire, et si oui, à quoi ressemblent-ils ? Et, surtout, si nous pouvions revenir après avoir pu observer ce que notre existence a laissé comme empreinte sur notre entourage, quelle serait notre réaction et quels seraient nos choix ?

Un roman philosophique sur le sens de la vie, de la mort... à lire avec plaisir et émotion.

Note : 4,5/5

Passage choisi : "Je suis mort à sept heures du matin. Il est huit heures vingt-huit sur l'écran du radio-réveil, et personne ne s'en est encore rendu compte. Le roman sur lequel je me suis endormi hier soir s'est refermé autour de mon pouce."

Publié dans Didier Van Cauwelaert

Commenter cet article