"La forêt des mânes" de Jean-Christophe Grangé

Publié le par Nathalie

Livre prêté par ma môman. Je connaissais Jean-Christophe Grangé de nom pour ses adaptations au cinéma, mais je n'avais jamais rien lu de lui. La lecture de "La forêt des mânes" m'a fortement donné envie de lire d'autres ouvrages de cet auteur.

 

Le personnage principal, Jeanne Korowa, est juge d'instruction en région parisienne. Elle a choisi ce métier à cause de la mort brutale et non élucidée de sa soeur. Sa vie personnelle part à la dérive mais elle est très investie dans sa vie professionnelle. Un beau jour, elle décide de se mêler de l'affaire d'un collègue et cette curiosité va l'entraîner dans la plus mystérieuse et dangereuse aventure de sa vie.

 

Tout commencLa-foret-des-manes0001.jpge par un meurtre perpétré dans un parking. Un meurtre sauvage avec une victime démembrée, des traces de cannibalisme et des murs recouverts de signes tracés avec du sang. Ce premier meurtre est rapidement suivi par deux autres, tout aussi macabres. Jeanne, ayant placé illégalement un micro dans le cabinet du psy de son ex pour savoir s' il la trompe, va entendre sur les bandes d'écoute un patient parler de son fils autiste qui ne peut résister à des pulsions violentes. Elle ne peut s'empêcher d'y voir un lien avec l'affaire des meurtres barbares. Une fois son collègue et ami chargé de l'enquête tué violemment, elle se retrouve embarquée dans une enquête haletante qui va la mener en Amérique du Sud sur une piste mêlant autisme et hommes préhistoriques. Ce n'est qu'une fois arrivée dans la Forêt des mânes qu'elle va se retrouver confrontée à une incroyable vérité.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre qui est très bien mené et surtout très bien documenté. Jean-Christophe Grangé nous happe et ne nous lâche plus avant le dénouement. On est stupéfait devant tant de barbarie et de violence, mais telle Jeanne, on veut, coûte que coûte, connaître l'origine du Mal et on a du mal à fermer le livre avant sa conclusion.

 

Note : 4,5/5

 

Passage choisi : "Sur la route du retour, Jeanne réfléchit à l'affaire de Taine. Elle était jalouse. Jalouse de cette enquête. De la violence de ce meurtre. De la tension, de la complexité qu'impliquait une telle investigation. Elle avait choisi d'être juge d'instruction pour élucider des crimes de sang. Son objectif intime était de poursuivre les tueurs en série. De décrypter leur démence meurtrière. De combattre la cruauté à l'état pur."

Publié dans THRILLERS-POLICIERS

Commenter cet article

calou 18/11/2011 09:30

Non faut pas toujours écouter sa Môman mais souvent...!!! une merveille de la langue qui permet une nette différence de sens et donc d'action !!!

Nathalie 18/11/2011 19:05



C'est pour ça que j'ai utilisé "souvent" dans ma réponse et pas "toujours" !!! Hi hi hi



Michele 17/11/2011 16:29


IL faut donc toujours écouter Moman.
je l'ai écoutée et me voici...

Bravo pour ce que tu fais


Nathalie 17/11/2011 17:20



Oui, les Mômans ont souvent raison...


Merci pour le compliment et pour les visites régulières.



calou 04/11/2011 12:26


Un vrai régal, un délice à lire...du début à la fin on participe, on suit l'enquête et on palpite à chaque avancée de l'histoire bien bien Grangé t'iras loin ! ! !


Nathalie 05/11/2011 21:31



Palpitant, c'est bien vrai...