"La Chorale des maîtres bouchers" de Louise Erdrich

Publié le par Nathalie

"La Chorale des maîtres bouchers" est un roman de Louise Erdrich paru en France en 2005. C'est le deuxième ouvrage que je lis de cette auteure amérindienne en quelques jours. Je l'ai découverte grâce à son livre de la rentrée littéraire 2012, "Le jeu des ombres". (voir article sur ce blog)

Je pensais suivre l'avis de Graziella, qui me conseillait de continuer à découvrir Louise Erdrich via sa "Chorale des maîtres bouchers" une fois que ma pile de livres en attente aurait sérieusement diminué, mais les hasards de la vie en ont décidé autrement puisque ce roman m'a été offert, il y a deux semaines, par un membre de ma famille. J'y ai vu un signe du destin qui voulait que je ne remette pas à plus tard mon approfondissement de l'univers littéraire de Louise Erdrich.


La chorale des maîtres bouchers0001

Fidelis Waldvogel, tireur d'élite durant la première guerre mondiale, revient du front sain et sauf, et se décide à aller tenter sa chance de l'autre côté de l'Atlantique. Arrivé à New-York avec pour tout bagage une valise contenant sa panoplie de couteaux de boucher et une provision de succulentes saucisses, Fidelis va vendre sa marchandise afin de gagner de quoi l'emmener vers l'Ouest américain. Finalement, il s'arrêtera à Argus, petite ville du Dakota du Nord, où il s'installera comme boucher. Il fera alors venir sa femme et son fils d'Allemagne et construira une vie nouvelle loin de son sol natal. Doté d'une voix magnifique, il cherchera à faire revivre une tradition lui venant de son père en formant une chorale d'hommes.

 

A la lecture de ce pitch, on pourrait penser avoir affaire à un roman à la gloire du découpage de viande ou à celle d'une chorale de province. Que nenni !!! Louise Erdrich va, avec brio, nous conter le quotidien d'une petite ville des États-Unis, de la première à la seconde guerre mondiale. Le Far-West sans les cow-boys mais avec quelques indiens...


Elle va s'attacher à nous faire découvrir des personnages très divers tels que Cyprian l'équilibriste, Roy l'alcoolique, Clarisse l'embaumeuse, Un-Pas-Et-Demi la marginale..., et Delphine, jeune femme au centre de l'histoire et lien entre les différents protagonistes. On va vivre avec eux les bons moments et les déboires, on va les voir évoluer et réagir aux coups du sort, le tout dans un récit-fleuve au style admirable. L'histoire est forte, les personnages très bien construits et l'écriture est emplie de poésie. Les descriptions sont magistrales. Qu'il s'agisse du travail de Fidelis dans sa boucherie, des soirées chant de la chorale ou bien des sentiments des personnages, on est emporté par l'écriture de Louise Erdrich. Une écriture vivante, vibrante et d'une grande richesse.

 

Je dois avouer que j'ai aimé "Le jeu des ombres", mais si vous voulez découvrir Louise Erdrich, commencez plutôt par "La Chorale des maîtres bouchers" qui, d'après ce que j'en ai entendu, est plus représentatif de l'ensemble de son oeuvre et, qui à mon goût, est susceptible de plaire à un plus grand nombre.

 

Note : 4,25/5

 

Passage choisi : "Les saucisses lui firent traverser Minneapolis et un paysage d'opulentes prairies, entrer dans la brusque étendue de plaines, de ciel immense, entrer dans le Dakota du Nord, où il vendit le dernier chapelet. Il quitta le train et longea le bord du quai de chemin de fer d'une petite ville. La bourgade était un entassement de joyeux bâtiments trapus, certains encadrés de fausses façades en demi-étage au dessus de bannes et de vitrines, un ou deux en pierre calcaire et trois en briques solides. Contre l'épouvantable absence de relief, l'endroit tout entier paraissait désarmé et ridicule, se dit-il, totalement ouvert à l'attaque et, étant adossé à une rivière, privé de voie de fuite. Il avait le sentiment d'un lieu provisoire, presque un campement, qu'une grande tempête ou une guerre pourrait niveler. Il lut le panneau ARGUS à voix haute et en retint le son."

Publié dans Louise Erdrich

Commenter cet article

calou 31/08/2012 15:22


ravi queça vous plaise très chère ! ! ! perso j'ai beaucoup aimé ce livre découvert par hasard lors d'une recherche pour élargir ma connaissance de la littérature us

Nathalie 31/08/2012 19:37



Je verrais bien un film tiré d'un tel livre !!! C'est vraiment une belle oeuvre !!!