"La ballade de Lila K" de Blandine Le Callet

Publié le par Nathalie

Voici le troisième ouvrage acheté lors de ma visite à la librairie "Au fil des pages" pendant les vacances de février. C'est Alex qui me l'a conseillé. Encore un avis pertinent de notre jeune, mais néanmoins dynamique et avisée, libraire !!! ;-)

 

Je connaissais Blandine Le Callet pour avoir lu, il y a déjà quelques temps, son premier roman, " Une pièce montée", livre qui avait connu un succès auprès de la critique comme du public lors de sa sortie en 2006. (voir article)

 

"La ballade de Lila K" n'a strictement rien à voir avec le roman précédent. Le premier nous emmenait, à la campagne, assister à un mariage bourgeois et nous faisait côtoyer tous les acteurs de cette journée marquante, partageant ainsi leurs pensées, leurs humeurs et leurs sentiments. "La ballade de Lila K" , lui, nous entraîne dans un monde futuriste et orwellien dans lequel les habitants sont surveillés étroitement et la façon de pensée imposée par les puissants qui gouvernent.

Autant dire deux romans apparemment sans aucun rapport entre eux, si l'on oublie de considérer qu'il s'agit, dans les deux ouvrages, d'une histoire d'amour et de pardon.


La ballade de Lila K0001

Lila raconte son histoire à la première personne et semble s'adresser au lecteur. Elle remonte dans ses souvenirs et narre les événements qui ont suivi le jour où des hommes en noir l'ont enlevée à sa mère pour l'emmener dans un centre éducatif-carcéral où les livres sont proscrits et remplacés par des grammabook et où il vaut mieux tout faire pour rentrer dans la norme imposée par les "étroits".

Surdouée et volontaire, elle va rapidement comprendre que, pour être tranquille, il va lui falloir jouer le jeu de ceux qui dirigent, mais elle va cependant tout tenter pour poursuivre son rêve secret : découvrir qui est sa mère et ce qu'elle est devenue. Heureusement, elle va croiser des personnages qui vont l'aider à s'émanciper des schémas de pensée préformatés qui existent dans ce monde et lui permettre de mener à bien sa quête : M. Kauffmann, le directeur du Centre au comportement atypique, Fernand,  éducateur attentionné bien que très attaché au respect des règles établies, Pacha, un chat multicolore, Milo Templeton, le directeur de la Grande Bibliothèque...

 

J'ai beaucoup apprécié ce livre, même si j'ai eu un peu de mal à pénétrer dedans au départ. En effet, j'ai été gênée de ne pas savoir très rapidement où et quand se déroulait l'action. Cela est tout de même passé très vite et, après, je me suis retrouvée prisonnière (volontaire) avec Lila de ce Centre et de sa quête avec l'envie d'en savoir plus.


Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu entre les mains un ouvrage d'anticipation (de type dystopique*) et je ne peux m'empêcher de faire un rapprochement avec "1984" de George Orwell tant le monde où vit Lila est surveillé et sécuritaire à outrance. J'ai bien entendu réagi vivement à l'interdiction qui est faite, dans ce futur imaginé par Blandine Le Callet, de lire des livres. En effet, les livres-papier sont proscrits ou à manipuler avec des gants pour éviter les allergies (!!!), et les informations délivrées aux gens, censurées, rognées et délivrées via des grammabook surveillés. Bref, une société comme j'espère qu'il n'en existera jamais... d'autant plus que l'ingérance ne s'arrête pas là et va jusqu'à contrôler la sexualité des personnes, comme beaucoup d'autres choses...

 

Ajoutons à cela qu'il s'agit une belle histoire autour d'un personnage principal attachant et plein d'humour, un roman plein d'espoir dans ce futur peu engageant et une ballade qui touche sur le thème de l'attachement et du pardon et vous obtiendrez un ouvrage 3 en 1 qui en séduira plus d'un(e) !!!

 

* Dystopie : récit de fiction décrivant une société imaginaire organisée afin d'empêcher ses membres d'atteindre le bonheur et contre laquelle l'auteur met en garde son lectorat.

 

Note : 4,5/5

 

Passage choisi : "On passe sa vie à construire des barrières au-delà desquelles on s'interdit d'aller : derrière, il y a tous les monstres que l'on s'est créés. On les croit terribles, invincibles, mais ce n'est pas vrai. Dès qu'on trouve le courage de les affronter, ils se révèlent bien plus faibles qu'on ne l'imaginait. Ils perdent consistance, s'évaporent peu à peu. Au point qu'on se demande, pour finir, s'ils existaient vraiment."

Publié dans Blandine Le Callet

Commenter cet article

calou 15/07/2013 17:08


je viens de refermé la dernière page avec beaucoup de plaisir ;


un livre intelligent, plein d'humour, un style narratif efficace et sur biens des points une leçon de ce que peut-être le pardon, l'amour... un univers mi-orwell mi-kafka qu'il ferait bon ne
jamais connaître...???!!!


bises

Nathalie 16/07/2013 10:02



Oui, une histoire qui fait froid dans le dos même par cette chaleur. Si le monde doit devenir ça, le plus tard possible que je ne le connaisse pas ainsi...


Heureusement que le récit est bien écrit et plein d'espoir !!!



Marie 26/03/2012 12:14

Une belle et tragique histoire dans un monde horrible...

Nathalie 26/03/2012 17:52



Oui, et j'espère sincèrement pour mes descendants que le futur ne s'annonce pas ainsi !!!