"Je ne le répéterai pas" de Gino Levesque

Publié le par Nathalie

Livre soumis à ma lecture attentive par mon meilleur ami, David, lors d'un week-end estival en Haute-Normandie. Pour la petite histoire, il est parti l'an dernier au Canada, et lors d'un passage à Baie-Saint-Paul, ville d'art, il a été interpellé par un homme qui tenait un stand, installé sur un tottoir, et qui essayait de vendre ses livres à grand coup d'auto-publicité. Envouté par le discours de Gino Levesque qui qualifiait son ouvrage "d'expérience incroyable et unique au monde", cet ami est reparti avec "Je ne le répéterai pas", livre de poche de 101 pages publié chez Zus.


je-ne-le-repeterai-pas-90946-120-200Cet ouvrage, présenté par l'auteur comme "une création d'exception", "un exploit inégalé", "un écrit qui se distingue et que l'on peut qualifier de prouesse littéraire" est un petit roman qui a la particularité de ne présenter aucune répétition. Tous les noms, les verbes, les adverbes et les adjectifs n'apparaissent qu'une seule et unique fois.


Ce livre est inspiré de l'OuLiPo (Ouvroir de littérature Potentielle) créé en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais, avec comme co-fondateur, le poète Raymond Queneau, groupe qui conçoit la création artistique autour de contraintes. Ici, la contrainte est de taille et a obligé Gino Levesque à puiser dans les ressources immenses de notre belle langue française pour éviter le double emploi de termes couramment utilisés. Par exemple, les verbes "être" et " avoir", qui foisonnent dans la plupart des livres, ne sont employés qu'à une unique occasion chacun et la cigarette devient la clope ou un "cylindre four crématoire à tabac" au détour d'une phrase.


Cette contrainte d'écriture donne un texte alambiqué, laborieux, composé de phrases longues aux termes parfois difficiles à saisir. Tout comme je le disais d'une autre oeuvre "oulipienne" lue il y a quelques mois, "La disparition" de Georges Perec, je dois reconnaître qu'il s'agit vraiment d'un OVNI littéraire et je tire mon chapeau à celui qui a osé se lancer dans cette aventure a priori loin d'être évidente. Cependant, je n'ai pas accroché !!! Certes, le style d'écriture y est un peu pour quelque chose, mais c'est surtout la trame de fond du récit qui m'a déroutée et dérangée. Les personnages se confondent, il en ressort une histoire folle alliant sexe, violence et manipulations. Voici un roman étrange, baroque et non dénué d'une certaine poésie mais qui a juste su parler à la partie de moi amoureuse de sa langue natale et pas à mon imaginaire...


Note : 2/5


Passage choisi : "A proximité de la station, le train décéléra et l'arrêt qu'il effectua au terminus, déséquilibra le distrait penseur. Les portières coulissantes des wagons de la rame de métro se descellèrent et l'une d'elle emporta l'image du songeur, une réflexion que renvoyait le vitrage en plexiglas du hublot. Brusqué par le peloton de passagers, Nig se dépêcha de débarquer sur le quai de la halte et ne se retourna pas, car il craignait de revoir le reflet de son portrait disparaître dans l'obscurité de cette caverne souterraine qui dévorait les rails."

Publié dans ROMANS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude Brindamour 20/09/2016 17:13

J'ai trouvé l'ouvrage dans un bazar populaire de Québec. Neuf. Au prix coûtant. J'ai été impressionné par le processus et les circonvolutions langagières de l'auteur. En passant, pourquoi G. Lévesque ? Est-il gêné de son prénom, peu vendeur ? Je comprend que la teneur de son histoire passe en second plan face au travail technique généré par la contrainte. Mais, j'ai trouvé son sujet peu intéressant. Il y a par contre, ça et là, des trouvailles magnifiques.

Nathalie 20/09/2016 18:43

Il est certain que l'exercice de style est périlleux mais bien exécuté... Bonnes futures lectures

microneedle skin dermal roller 17/09/2014 14:08

This is certainly an exceptional creation from the author. This type of writing is termed as the literary prowess. This great work is done by the inspiration that the author got from the OuLiPo. This is the workshop for potential literature.

David 14/07/2013 12:37


Je donne mon exemplaire ! Kdo !

Nathalie 14/07/2013 15:05



OK, si ça intéresse quelqu'un, RDV sur le formulaire de contact de ce blog et je ferai suivre... :-)



DF 19/06/2013 11:18


La démarche me paraît intéressante et virtuose; je vais essayer de mettre le grappin dessus.

Nathalie 20/06/2013 18:11



Sur le net ça doit être possible... Un commentaire après lecture sera le bienvenu. Merci



David 04/08/2012 01:01


Bonjour,


J'ai terminé hier (enfin!) le livre de G. Levesque. Que dire... je n'aime pas ne pas finir un livre mais on ne peut pas dire que c'était un plaisir. L'histoire n'est pas vraiment intéressante,
c'est glauque par moment, un peu de sexe ça ne fait pas de mal mais ça ne sauve pas l'histoire pour autant. Le style est lourd. Si vous n'aimez pas lire, n'achetez pas ce livre. Je comprends
mieux ce qu'il m'a dit maintenant !!!!

Nathalie 04/08/2012 11:02



La prochaine fois, avant de me prêter un livre, tu le liras d'abord !!! ;-)


Maintenant, faut que tu lises le deuxième, puisque ça n'a rien à voir, c'est peut-être bien...