"Havre des morts" de Patricia Cornwell

Publié le par Nathalie

"Havre des morts" de Patricia Cornwell

J'avais commencé à lire les enquêtes de Kay Scarpetta, célèbre personnage de Patricia Cornwell, il y a déjà quelques années, puis j'avais un peu laissé de côté ce personnage de médecin légiste pour découvrir d'autres auteurs, d'autres enquêteurs. Quand j'ai vu ce livre en présentation chez mon libraire, je me suis dit : "Revenons à nos amours d'antan, voyons ce que Scarpetta est devenue."

Kay Scarpetta est depuis quelques mois à Dover, une base aérienne militaire qui reçoit les corps des soldats tués au combat, afin de se former aux nouvelles techniques de l'autopsie virtuelle, quand elle est contactée par Marino car un jeune homme a été assassiné pas très loin de son domicile, à Cambridge. Elle part immédiatement en hélicoptère, accompagnée de Marino et pilotée par sa nièce Lucy. Arrivée au Centre des Sciences Légales, qu'elle dirige, elle effectue une autopsie de l'inconnu et découvre une étrange blessure. En observant des fichiers vidéos retrouvés sur la victime, Kay et Lucy tentent de trouver son identité et le pourquoi de son assassinat. Quand Lucy découvre, sur un vêtement du mort, l'aile microscopique d'une flybot, robot miniature, merveille de technologie, leur enquête va plonger directement dans un univers dominé par la nanotechnologie. Kay Scarpetta va également effectuer une plongée dans un passé qu'elle croyait à jamais révolu...

Je dois avouer que j'ai abandonné ma lecture au bout de 300 pages (sur 567) car je n'ai pas du tout accroché à cette histoire (et ça ne m'arrive pas souvent...). Dans mes souvenirs, les romans de Patricia Cornwell étaient beaucoup plus prenants et mieux construits. Là, j'ai été déçue car j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de blabla, que l'intrigue ne démarrait pas, que les personnages avaient des relations empreintes de méfiance, de doutes, de secrets. Une impression de paranoïa plane sur cette enquête. Les explications concernant les relations entre les personnages sont difficiles à suivre et celles concernant les nouvelles technologies sont beaucoup trop techniques. C'est long, lourd, pesant, indigeste...

Quel dommage, alors que les premiers ouvrages étaient si agréables à lire !!! Qu'est-il arrivé à Patricia Cornwell pour qu'elle ait commis un tel livre ?

Note : 1,75/5

Passage choisi : "A chaque pas qui nous rapproche de la mort de l'homme et de la disparition du chien dans un froid polaire, que je refuse désespérément, un sentiment d'urgence s'empare de moi. Je marche avec eux comme si je les menais là-bas, parce que je sais ce qui va se passer et qu'ils l'ignorent. Je voudrais les arrêter, les contraindre à rebrousser chemin."

Publié dans Patricia Cornwell

Commenter cet article