"Encore une danse" de Katherine Pancol

Publié le par Nathalie

Un autre livre de Katherine Pancol, acheté dans la foulée, après avoir lu "Les yeux jaunes des crocodiles".

 

Ce livre est une histoire d'amitié. Clara, Joséphine, Lucille, Agnès, Philippe et Rapha se connaissent depuis l'enfance. Ils ont grandi dans la même ville de région parisienne, ont habité le même immeuble et fréquenté les mêmes écoles. Ils formaient une bande soudée.

 

Aujourd'hui, ils sont devenus adultes et bien que leurs vies aient suivi des chemins différents, ils continuent de prendre des nouvelles les uns des autres, de se donner signe de vie, cependant les discussions sont plus superficielles et servent surtout à vérifier que l'amitié est toujours là. Clara, le personnage central, aime cette "famille" qu'elle s'est créée, même s'il y en a un parmi eux dont elle ne veut plus prononcer le nom.

 

Un beau jouEncore-une-danse0001.jpgr, cependant, une difficile épreuve va venir tester cette amitié. Comment les membres de la bande vont-ils réagir ? Les apparences ne vont-elles pas se fissurer et laisser apparaître des visages différents ? Les mesquineries et les trahisons ne vont-elles pas (re)faire surface ? L'amitié de l'enfance va-t-elle résister au passage à l'âge adulte ?

 

Cette lecture nous entraîne dans une histoire d'amitié, une histoire sur les apparences et les faux-semblants, une histoire sur les sentiments, les peurs et les doutes. Clara et ses amis vont devoir éprouver cette amitié qu'ils croyaient acquise et éternelle, comme seuls des enfants peuvent le croire. Ce rite de passage dans le monde des adultes va-t-il révéler ce qu'il y a de meilleur ou ce qu'il y a de pire dans leurs relations ?

 

Vous le saurez en découvrant ces personnages émouvants, remplis de doutes et de craintes qui prennent vie sous la plume de Katherine Pancol. On est séduit par les personnalités des protagonistes, par leurs faiblesses, par leurs défauts, car on s'y retrouve forcément un peu... On est également séduit par leur force et la manière qu'ils ont de vouloir lutter contre le sort, qui parfois semble s'acharner...

 

Note : 4/5

 

Passage choisi : "Les bandes, il n'y a rien de mieux pour exister quand on est petit. Ils ont grandi ensemble. Les garçons étaient les chefs, comme bien entendu. Ils étaient les plus grands, les plus forts et puis c'étaient des garçons. On ne s'est jamais quitté. De temps en temps, on dîne ou on déjeune entre filles et on fait le point. On ne se dit pas forcément grand chose. On vérifie qu'on est toutes là."

Publié dans Katherine Pancol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

czap 14/12/2011 21:47

ce passage est aussi mon préféré ! Un beau Pancoll pourtant méconnu !!

Nathalie 15/12/2011 18:28



Woui !!! Suis d'accord...



marie 07/11/2011 12:03


Un beau livre sur le sens de l amitié et de l amour. À lire...