"En moins bien" d' Arnaud Le Guilcher

Publié le par Nathalie

Prêt de livre par Anne-C en ce mois d'octobre pluvieux. Elle a dû penser que le soleil sur la couverture et le style vif de ce roman allaient contebalancer la morosité ambiante de ce début d'automne... Encore une fois, en plein dans le mille !!! ;-)


En moins bien0001

Le pitch de la 4ème de couverture, sous forme d'une accumulation de courtes phrases et de groupes nominaux sans lien entre eux, m'a intriguée au point que pour une fois, je vais vous le livrer à la place de mon résumé habituel : "Emma. Un pélican à la con. Une station balnéaire aux États-Unis. Un Allemand qui tourne. Une tribu de hippies crados. Le moral dans les bottes. Une dune qui chante. Cassavetes, Kurosawa et Huey Lewis. Un pressing. Un verre de trop. Une équipe TV. Puis une autre. Richard. Love in Vain. Un requin et un marteau. Un coup de feu. Du sang sur le sable. Une Chevrolet Impala. Le bruit des vagues. L'amour à trois. L'amour tout seul. Une lettre d'amour. La vie qui continue. En moins bien."

 

Que dire, face à ce débit mitraillette, à cette avalanche d'idées ??? Et bien que cela résume très bien l'histoire (Si, si, vous verrez...) et surtout, cela est très représentatif du style d'Arnaud Le Guilcher.

Dès le livre ouvert, on a l'impression d'être en face d'un type qui est en train de vous racontez sa vie, ses malheurs. Le style est très oral avec de multiples expressions imagées, des mots d'argots, des phrases abruptes telles qu'on peut en entendre dans la rue ou à la terrasse d'un café. Les actions s'enchaînent sans un temps mort, même si la première partie est plus posée que la fin, et le pauvre narrateur qui va vivre en quelques mois d'éprouvantes aventures, sait nous embarquer avec lui dans ses doutes, ses moments de déprime et ses soubresauts de lucidité et de reprise en main.

 

Voici un livre très particulier qui nous fait entrer dans un univers complétement déjanté mais néanmoins poétique (Voir les rêves récurrents dans le coeur d'Emma). Un livre qui amuse, fait sourire, rire parfois et qui, malgré tout, parle d'amour, d'amitié, de solidarité, de manque, de hippies nudistes et de femelles pingouins qui sont très exigeantes avec leur mâle !!! Un vrai tourbillon qui ne se laisse pas poser et qui, quand il se termine, nous donne l'impression d'avoir couru un marathon !!!

 

Il existe une suite à cet ouvrage, "Pas mieux", que je lirai dans peu de temps. L'auteur travaille sur une adaptation de "En moins bien" pour le cinéma, mais j'ai cru comprendre qu'il voulait Patrick Dewaere comme personnage principal, mais que celui-ci avait dû décliner !!! ;-) A suivre...

 

Note : 3,75/5

 

Passage choisi : "J'ai regardé dans le Bar. Henry faisait la tronche. Moïse parlait pas. Richard était plongé dans la carte. Requin et Marteau suçotaient leur glace et s'en foutaient partout. Il s'était passé un paquet de trucs depuis mon arrivée, et j'étais claqué. J'étais venu ici pour marquer le début de ma nouvelle vie d'homme. M'installer, fonder une famille, devenir adulte... Le lendemain de mon arrivée, j'étais dans un bar, une binouse à la main, avec Richard en face et ma nana en villégiature du côté de Pétaouchnock... J'avais pas avancé d'un pouce... J'avais même réussi l'exploit de reculer. Chapeau bas, l'artiste..."

Publié dans Arnaud Le Guilcher

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

calou 17/10/2012 14:28


le pitch de la 4e de couv fait penser à l'inventaire de Prévert !


un résumé qui donne envie de lire ce bouquin qu'il va me falloir me procurer vu que c'est un pret et qu'un prêt ça se rembourse !


biz  

Nathalie 17/10/2012 15:55



Oui, à sa lecture je me suis dit que c'était un livre qui t'amuserait sûrement... Inscris-toi dans la bibliothèque de ton quartier ou fais une liste de livres à t'offrir !!! :-)