"Bon rétablissement" de Marie-Sabine Roger

Publié le par Nathalie

12 mai dernier, je vais assister à une séance de dédicace à l'Eclectique. Il s'agit d'une rencontre avec Marie-Sabine Roger, auteure de "La tête en friche", succès de librairie et de cinéma.

Je discute un peu, lui fait dédicacer deux ouvrages, un recueil de nouvelles et son dernier roman, "Bon rétablissement". Un moment sympathique passé en bonne compagnie et, mais je ne le savais pas encore, même si je le pressentais, deux très agréables moments de lecture...

Les lecteurs de l'Express ne s'y sont d'ailleurs pas trompés puisqu'ils viennent juste de lui décerner leur prix 2012.


Bon rétablissement0002

Jean-Pierre, 67 ans, veuf, sans enfant, se réveille un beau jour dans une chambre d'hôpital cassé de partout. Il a été repêché in extremis après un plongeon en pleine nuit dans les eaux froides de la Seine. Pourquoi a-t-il sauté d'un pont, personne ne le sait, le choc ayant effacé un petit bout de sa mémoire et les témoins ne se bousculant pas au commissariat.

Jour après jour, Jean-Pierre va nous raconter son quotidien à l'hôpital, entre les visites matinales des infirmières, les rapides et froides consultations du chirurgien qui a eu pour mission de "recoller" ses différents morceaux, les allées et venues de ses proches, parfois attendues ou, au contraire, désespérément, redoutées, et les rencontres avec d'autres patients.

Jean-Pierre va également profiter de son immobilisation forcée pour entamer l'écriture d'une biographie, ce qui nous permettra de mieux cerner ce personnage de vieux bougon misanthrope à la parole franche et gouailleuse.


Bon rétablissement0001

Obligé, par sa situation, de faire des rencontres diverses et variées (un prostitué occasionnel, un flic pris de regrets, une accro à Facebook...), Jean-Pierre va tirer de ces longues semaines passées à l'hôpital un regard neuf sur lui même aussi bien que sur ceux qui l'entourent. Cette douloureuse et immobilisante épreuve va finalement être un moment salvateur qui lui permettra d'entamer les dernières années de sa vie en éprouvant des sentiments qui jusque là ne faisaient pas partie de son vocabulaire.

 

Comme toujours, Marie-Sabine Roger écrit sur l'humain avec finesse et légèreté dans le style, mais avec une véritable profondeur dans le traitement des relations entre personnages. J'ai savouré ce roman avec un véritable plaisir, d'autant plus qu'au fil des pages Jean-pierre devient extrêmement attachant, tout comme les personnages secondaires, superbement bien mis en scène par l'auteure.


J'espère que Jean Becker, quand il l'adaptera prochainement au cinéma, saura rendre cette atmosphère particulière propre à Marie-Sabine Roger aussi bien qu'il l'a précédemment fait avec "La tête en friche".


La narration est fluide, pleine d'humour, et les sentiments viennent par petites touches effleurer le lecteur sans jamais le faire sombrer dans le pathos. L'espoir pointe toujours derrière les mots. Je me suis surprise à sourire, à rire, à être émue, amusée...

Bref, une lecture "douceur" à consommer sans modération dans ce monde de brutes !!!

 

Note : 4,5/5

 

Passage choisi : "J'aime pouvoir me dire que je vais peut-être me faire la surprise, qu'un jour prochain ça va me revenir. Je m'écrierai Bon Dieu ! Mais c'est bien sûr ! en me frappant le front, comme Raymond Souplex - le commissaire Bourrel - dans les cinq dernières minutes.

Le neurologue semble moins optimiste. Il m'assure que beaucoup de gens ne récupèrent jamais le souvenir de l'accident, après un traumatisme crânien.

D'après lui, le bug restera.

Mais c'est un déprimé de la vie, cet homme, ça se sent. Il soupire tous les trois mots, laisse flotter des silences au milieu de ses phrases. J'ai toujours peur qu'il ne pique du nez avant de poser le point final.

Peut-être que fréquenter tous les jours des fêlés de la cafetière, ça finit, à la longue, par ébrécher l'émail. Il n'a plus l'air très étanche, en tout cas."

Publié dans Marie-Sabine Roger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

calou 21/06/2012 11:58

et celui-ci je peux compter le lire cet été ?
bisous

Nathalie 21/06/2012 18:27



Pour celui-ci par de problème, je dois le prêter à deux personnes mais je pense que d'ici cet été il sera revenu à la maison. Le mieux c'est que tu fasses une liste que tu me communiqueras la
1ère semaine d'août. ;-)



NaNy 19/06/2012 09:19

Hello !
C'est un titre de circonstance (sourire).

Nathalie 19/06/2012 18:48



Et bien tu le liras début juillet...


En espérant que tes "rencontres" soient aussi sympathiques que celles faites par Jean-Pierre...



calou 19/06/2012 09:02

"fréquenter tous les jours des fêlés de la cafetière, ça finit, à la longue, par ébrécher l'émail" je n'aime pas les sushi mais ça j'adore...!!!

Nathalie 19/06/2012 18:47



Cet humour est présent dans de nombreuses pages du livre.


Je verrais bien Marielle dans un rôle tel que celui de Jean-Pierre. Son phrasé serait parfait pour un tel personnage.


A lire...