"Avant d'aller dormir" de S.J. Watson

Publié le par Nathalie

Ouvrage prêté lundi dernier par Mélanie, une collègue, qui l'avait trouvé super. Au dos, je vois une critique très positive de Mo Hayder, dont j'ai adoré Tokyo : "Un incroyable premier roman ! Je l'ai dévoré de la première à la dernière page." C'est plutôt encourageant comme commentaire, donc je me mets à le lire et... je n'ai pu m'empêcher de le dévorer en trois soirs. Elles avaient raison Mél et Mo !!! ;-)

Avant-d-aller-dormir0001.jpg

Imaginez que vous vous réveilliez en croyant être une étudiante, célibataire, d'une vingtaine d'années, et qu'après vous être vue dans le miroir de votre salle de bain, vous réalisiez que vous êtes une femme de 47 ans et que l'inconnu qui était, il y a quelques minutes encore, à vos côtés dans le lit, est votre mari depuis plus de deux décennies. Cela vous paraîtrait sûrement angoissant et difficile à accepter...

Et bien, c'est pourtant ce qui arrive, chaque matin, à Christine car elle souffre d'une forme particulière d'amnésie depuis un terrible accident survenu vingt ans plus tôt. Chaque jour, au réveil, elle doit reprendre possession de son existence grâce à l'aide de son époux, Ben, qui est aux petits soins pour elle, et aux photos qui sont accrochées sur les murs de sa maison, et chaque nuit, pendant qu'elle dort, sa mémoire remet les compteurs (presque) à zéro.

Contactée par un neuropsychologue, Ed Nash, Christine va tenter de trouver le chemin de la guérison, mais sans en parler à son mari. Elle va commencer par suivre le premier conseil donné par son médecin et tenir un journal intime qui va lui permettre, chaque matin, de se remémorer le quotidien des jours passés. Peu à peu, des bribes de souvenirs semblent vouloir remonter à la surface et quand elle se rend compte qu'il existe des incohérences entre ce qu'elle a écrit et ce qu'on lui raconte, elle va progressivement basculer dans un univers où le doute et la peur vont prendre le dessus sur les rares souvenirs qu'elle pensait être les siens.

S.J. Watson nous livre là un thriller machiavélique dans lequel son héroïne doit se débattre entre ses troubles de la mémoire et un entourage qui n'est pas toujours conforme aux apparences. Le suspense est maintenu tout au long du livre et le lecteur soupçonne, tour à tour, tout le monde jusqu'à se demander si ce n'est pas tout simplement Christine qui est totalement folle à lier. On est tenu en haleine sur 410 pages. Le côté répétitif de chaque journée ne m'a pas gênée outre mesure car chaque entrée quotidienne du journal tenu par Christine apporte au lecteur un indice, un détail pour lui permettre de suivre le fil de l'intrigue, et surtout, je pense que cet aspect là de la répétition narrative est indispensable pour s'identifier au maximum à l'héroïne et ressentir ce qu'elle peut vivre chaque jour.

Pour conclure, je dirais : "Super, mon cher Watson !!!"

Note : 4,25/5

Passage choisi : "Le visage qui est face à moi n'est pas le mien. Mes cheveux n'ont aucun volume et sont bien plus courts que la coupe que j'ai d'habitude ; la peau des joues et du cou est flasque, les lèvres sont minces, les coins de la bouche tombent. De ma gorge serrée sort un halètement inarticulé qui deviendrait un cri d'effroi si je ne le réprimais pas, puis je remarque les yeux. Ils sont entourés de rides, oui mais, malgré tout le reste, je vois bien que ce sont les miens. La personne que je vois dans le miroir, c'est moi, mais j'ai vingt ans de trop. Vingt-cinq ans. Peut-être plus."

Publié dans S.J. Watson

Commenter cet article

carina 06/11/2012 18:48


Très bien effectivement ! De mieux en mieux au fil des pages !

Nathalie 06/11/2012 19:34



Oui, il se bonifie au fur et à mesure de l'intrigue...



~Mél~ 20/10/2012 07:57


Pour l'instant ce livre reste dans ma top liste des thrillers que j'ai lu pour le moment avec la trilogie du mal ;)

Nathalie 20/10/2012 11:12



C'est vrai qu'il est vraiment très bien !!! ;-)



Marie 26/03/2012 12:17

Mieux vaut ne pas le commencer avant de se coucher sinon on n'est pas sûr d'alller dormir... :-)

Nathalie 26/03/2012 17:53



C'est ce qui m'est arrivé !!! Je reculais, chaque soir, le moment de fermer l'oeil pour ne pas fermer le livre