"Amour, Prozac et autres curiosités" de Lucia Etxebarria

Publié le par Nathalie

Roman donné par ma copine Anne-C afin qu'il devienne un "livre-voyageur" une fois que je l'aurai lu. Je dois dire que le titre m'a beaucoup plu, ainsi que le visuel de couverture.

 

Lucia Etxebarria est une journaliste et romancière espagnole. Elle a publié "Amour, Prozac et autres curiosités" en 1996. Le livre est rapidement devenu un best-seller.


Amour, Prozac et autres...0001

Trois soeurs. Trois manières très différentes d'appréhender la vie. Un point commun cependant, chacune est persuadée que les deux autres sont plus gâtées par la vie, plus heureuses qu'elle. La communication est quasi impossible, engluées qu'elles sont par le sentiment de devoir porter un fardeau que les deux autres ne pourraient comprendre. Et pourtant, le lecteur se rend compte au fur et à mesure des pages qu'elles ne sont pas si dissemblables que cela ces trois soeurs espagnoles.

Cristina, nympho, amatrice d'ecstasy. Rosa, directrice financière célibattante. Ana, mère de famille et épouse modèle. Trois figures de femmes modernes qui se battent contre les épreuves de la vie, qui cherchent à se maintenir la tête en dehors de l'eau à grand renfort d'anti-dépresseurs, d'anxiolytiques et de drogues diverses. Trois femmes qui ont été bafouées par les hommes et qui cherchent désespérément à s'en sortir chacune dans son coin.

 

Le sujet me tentait mais j'avoue que j'ai eu du mal à pénétrer dans le livre à cause de la façon dont les trois voix de ces femmes ont été mises en scène. L'alternance des récits est assez irrégulière et, parfois, on a quelques difficultés à savoir laquelle des soeurs entame le chapitre. Cristina est, en fait, le personnage principal de ce roman, et l'univers de ses deux soeurs est saupoudré, finalement, sur l'ensemble de l'ouvrage.

 

Cependant, j'ai apprécié la façon dont Lucia Etxebarria nous raconte ces "desperate wives" qui doivent construire leur vie sur des ruines remontant à leur enfance ou leur adolescence. J'ai aussi apprécié le final qui annonce de l'espoir et qui est placé sous le signe d'un amour, finalement existant et tenace, bien que profondément enfoui. Une histoire de soeurs, une histoire de femmes, une histoire de sentiments...

 

Note : 3/5


"Livre-voyageur" relâché dans une galerie commerciale du Val de Marne, le samedi 08/12/12 à 17h30.

 

Passage choisi : "Je suis barmaid et je passe mes dimanches dans les bars, à boire comme un trou, à dépenser mon salaire en ecstasy, pour oublier que mon fiancé m'a quittée. Si mince et jolie que je sois. Manifestement, ça ne lui semblait pas suffisant. On appelle ça les relations des années quatre-vingt-dix. Ephémères. No future. Génération X. Laissez-moi rire."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article

calou 10/12/2012 08:51


j'ai aimé ce bouquin et + encore le film qui en a été fait de mon chouchou Almodovar "femmes au bord de la crise de nerfs"

Nathalie 10/12/2012 17:04



Je ne savais pas que c'est ce bouquin qu'Almodovar avait adapté !!! En même temps, je crois que je n'ai pas vu "Femmes au bord de la crise de nerfs"... Faudra que je pense à jeter un coup d'oeil
dessus à l'occasion...