"La ferme des Miller" de Anna Quindlen

Publié le par Nathalie

"La ferme des Miller" de Anna Quindlen

"La ferme des Miller" est le quatrième roman paru chez Belfond de l'auteure et journaliste américaine Anna Quindlen. Elle a déjà écrit huit romans dont un qui fut adapté en 1999 au cinéma ("Contre cœur" devenu "Contre jour" sur grand écran) et elle fut récompensée par le prix Pulitzer, en 1992, pour ses chroniques dans le New York Times.

4ème de couv' :"Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a là Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante, qui, pour une raison étrange, ne s'éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d'éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable. Mais nous sommes en 1966 et ces jours heureux sont comptés... La guerre du Vietnam qui laisse Tommy à jamais meurtri, la maladie qui frappe Bud, les drames passés de la tante Ruth... et cet impensable projet du gouvernement de transformer leur vallée en barrage. Ce monde que Mimi aime tant disparaîtrait englouti sous les eaux ? Qui désormais pour sauver la ferme et ses habitants ?
Alors qu'elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d'enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix."

Mon avis sur ce roman est mitigé car j'ai eu du mal à accrocher avec la narration dans les premiers chapitres, et puis, au final, je me suis attachée au personnage de Mimi Miller, à sa famille, à ses amis et à sa vallée, et j'ai terminé sur un sentiment plutôt positif.

Je m'explique: le rythme de l'histoire est assez lent. Il y a pas énormément d'action mais beaucoup de descriptions aussi bien concernant la psychologie des protagonistes que les lieux dans lesquels se déroulent le récit. En plus, j'ai trouvé que l'histoire, contée par l'héroïne elle-même, part souvent dans différentes directions sans véritables liens entre elles ou sens chronologique logique. Au départ, cela m'a un peu dérangée, et puis je me suis dit que c'était un peu comme écouter les souvenirs d'une vieille voisine qui prends des chemins de traverse au grès des méandres de sa mémoire mais qui, finalement, retombe toujours sur le fil principal de son récit. Une fois qu'on y est immergé, on ne peut que difficilement s'en extraire et on est curieux d'en découvrir plus...

Au travers de son histoire, Anna Quindlen nous plonge dans le monde rural d'un coin de Pennsylvanie qui est menacé par les eaux d'un barrage. On débarque chez les Miller et on se retrouve confronté à leurs problèmes : histoires d'amour, maladie, secrets de famille, drames... ce qui les rend attachants. Sur plusieurs décennies, on suit les malheurs de Tommy, le grand frère séducteur meurtri par l'enfer du Vietnam, la folie de la tante Ruth dont le mystère ne sera en partie dévoilé qu'à la toute fin du récit, la force et le courage de Miriam, la mère de famille, infirmière, qui gère tout et tout le monde d'une main de fer... et bien entendu, la vie de la narratrice, de son enfance à ses dernières années.

Si vous aimez les histoires plutôt descriptives, qui prennent le temps de poser les personnages, les situations, et qui vous entraînent dans l'Amérique profonde de la seconde moitié du XXème siècle, vous devriez apprécier "La ferme des Miller". Je vois dans ce roman une histoire qui pourrait être adaptée en film car les personnages ont de l'épaisseur et sont crédibles.

Note : 3/5

Passage choisi :"Ma mère était infirmière et mon père répare-tout. S'ils avaient fait une demande de passeport (ce qui n'a jamais été le cas), mon père aurait probablement écrit "fermier". Soixante-cinq hectares de terres plates et parfois humides entouraient notre maison ; elles avaient appartenu au père de mon père, et avant cela à la mère de celui-ci, ricochant d'un côté et de l'autre de l'arbre généalogique."

 

Publié dans ROMANS DU MONDE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article