"Une putain d'histoire" de Bernard Minier

Publié le par Nathalie

"Une putain d'histoire" de Bernard Minier

Bernard Minier, originaire de Béziers, a publié son premier roman, "Glacé", en 2011. "Une putain d'histoire", son 4ème ouvrage, qui a reçu le prix du meilleur roman francophone du Festival Polar de Cognac, date, lui, de 2015.

4ème de couv' : "Hors des flots déchaînés, une main tendue vers le ciel. Un pont de bateau qui tangue, la pluie qui s’abat, et la nuit... Le début d’une « putain d’histoire ». Une histoire d’amour et de peur, de bruit et de fureur. L’histoire de Henry, 17 ans, que le meurtre de sa petite amie plonge dans l’enfer du soupçon. Sur son île, Glass Island, battue par les vents, cernée par la brume 360 jours par an et uniquement accessible par ferry, tout le monde connaît tout le monde, jusqu’au plus noir de ses secrets. Ou du moins le croit-on. Quand la peur gagne, la vérité s’y perd..."

Clap-Clap-Clap... (Bruit fait par mes mains qui applaudissent Bernard Minier)

Passé le tout début qui démarre doucement, je me suis retrouvée happée par l'histoire et les personnages et je n'avais qu'une hâte, arriver à la dernière page. Et pendant toute ma lecture, j'avoue humblement que je me suis fait trimballer comme une bleue par Monsieur Minier qui a mis en place un puzzle captivant dans lequel il est difficile de discerner le faux du vrai (et inversement). Le livre porte, effectivement, très bien son nom !!!

Quand Henry apprend que sa petite amie (mais qui vient de lui demander de faire un break) a été retrouvée morte sur une plage, il veut tout mettre en œuvre, avec ses fidèles amis, pour découvrir qui est le coupable. Cela va, bien entendu, le conduire à vivre des aventures sombres et très mouvementées.

Ajoutons à cela un clan familial aux mœurs louches et assassines, un homme politique américain qui se prend pour Big-Brother, un homme de main fidèle mais manipulateur, un ex-policier pugnace, deux mamans aux antipodes l'une de l'autre, un groupe d'adolescents motivés, un héros émouvant mais intriguant à la fois, et vous aurez un savant cocktail d'action et de suspense.

C'était ma première lecture d'un livre de Bernard Minier et j'ai découvert que d'habitude il situait son action entre Toulouse et les Pyrénées, faisant usage d'un personnage récurant. Là, surprise pour ses habitués, c'est sur une île de l'état de Washington au nord-ouest des États-Unis que se déroule son roman. Comme beaucoup d'auteurs de thriller français, il a ainsi rendu hommage aux maîtres américains qui ont dû l'inspirer. Pour moi, pas de surprise donc, quant au lieu de l'action, mais une forte envie de découvrir d'autres romans de cet auteur qui a une plume ciselée, type scalpel, et un cerveau tortueux pour inventer une intrigue complexe à souhait et au dénouement inattendu.

En plus, Bernard Minier aborde (à en faire froid dans le dos) le thème de l'espionnage informatique via les réseaux sociaux, les mails, les forums et autres joyeusetés qu'Internet met quotidiennement à notre portée. C'est flippant de se dire qu'une fois qu'on a commencé à céder au doux chant des sirènes du Web, il est difficile d'avoir encore une vie (véritablement) privée.

Note : 4,25/5

Passage choisi : "L'orque est un superprédateur, le plus redoutable de la planète ; on ne lui connaît aucun ennemi naturel ; elle règne au sommet de la chaîne alimentaire. C'est un animal extraordinairement intelligent. Chaque groupe d'orques sédentaires a un langage élaboré, un dialecte complexe différent des autres groupes, et c'est une des rares espèces qui enseignent son savoir-faire aux générations suivantes. Les orques sédentaires ont un sens social très développé. Et puis, il y a les orques nomades..."

Publié dans THRILLERS-POLICIERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article