"Quand on s'y attend le moins" de Chiara Moscardelli

Publié le par Nathalie

"Quand on s'y attend le moins" de Chiara Moscardelli

"Quand on s'y attend le moins" (320 pages), troisième roman de Chiara Moscardelli (mais 1er publié en France) est sorti chez Belfond le 16 février 2017. J'ai eu la possibilité de le découvrir dès sa sortie grâce à un envoi de la maison d'édition. Merci !

4ème de couv' : "De l'amour, du suspense et le doux parfum des Pouilles ! Avec Penelope, authentique Bridget Jones italienne, laissez-vous transporter dans une comédie déjantée, pétillante et pleine de charme.

Penelope a trente-six ans, quelques kilos en trop, une vie amoureuse désespérément inexistante, un job pas très épanouissant d'attachée de presse pour Pimpax – LA multinationale de la serviette hygiénique –, et elle est de surcroît affligée d'une maladresse quasi légendaire. Comment se sortir de l'impasse ? En s'en remettant au dicton de sa grand-mère : « C'est quand on s'y attend le moins que l'amour vous tombe dessus. » Ou, en l'occurrence, qu'on le percute à vélo. Car le jour où elle renverse le ténébreux Alberto, lui brisant la jambe au passage, Penelope en est certaine : ils sont faits l'un pour l'autre.
Et lorsqu'elle le recroise dans les locaux de Pimpax, le doute n'est plus permis. Mais quelque chose cloche : le bellâtre se fait appeler Riccardo et semble avoir tout oublié de sa tendre assaillante. Pourquoi tant de mystères ? N'écoutant que son courage, notre Penelope se lance dans une folle enquête à la poursuite du prince charmant fuyant et, pourquoi pas, du grand amour..."

La couverture rose recouverte de traces de baisers carmin est pleine de peps et le pitch de 4ème de couv' laisse supposer une histoire amusante et dynamique à la Bridget Jones, version apulienne. C'est de la Chick-Lit donc c'est idéal à lire quand le temps est morose (ou à défaut sur un transat en bord de piscine, mais là c'est le ciel gris qui l'emporte haut la main par KO !).

Il est vrai que cette comédie romantique croisée à une petite enquête est plutôt réjouissante car les actions s'enchaînent rapidement et Penelope est un personnage un peu fou-fou qui a des relations compliquées avec les hommes mais qui, heureusement, est entourée d'amis fidèles, toujours de bons conseils.

Cependant, j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, et ce pour deux raisons : primo, j'ai passé mon temps à voir en Penelope la petite soeur de Bridget Jones, au point que, parfois, lors de ma lecture, c'est l'image de René Zellweger qui venait en surimpression supplanter celle de l'héroïne italienne du roman. Deuxio, Chiara Moscardelli a truffé son histoire de références à des personnages italiens (tel le comte Ristori, qui plaît tant à Penelope) et qui m'étaient totalement inconnus, donc il a fallu que je fasse des recherches à plusieurs reprises, en cours de lecture, pour bien comprendre de qui il s'agissait, ce qui m'a un peu énervée...

A part cela, au bout d'un tiers de l'ouvrage, j'ai réussi à m'immerger totalement dans le récit et à me laisser porter par la folie de l'héroïne et vouloir connaître le dénouement de sa romance avec le mystérieux Riccardo Galanti. J'ai été amusée quelques fois, j'ai souri de temps en temps, je me suis un peu agacée quand j'avais l'impression que l'histoire n'avançait pas et que l'auteure piétinait en nous resservant quelques bons mots déjà lus, mais au final j'ai quand même passé un moment assez sympa. Une idée ne m'a pourtant pas quittée de toute ma lecture, ce roman n'en est pas vraiment un, c'est un scénario ; et je suis persuadée qu'on pourrait en tirer une comédie pétillante et sympa ! A suivre...

Note : 2,75/5

Passage choisi : "J'avais grandi avec la conviction que le bonheur était déterminé exclusivement par la présence ou non d'un homme à mes côtés. Comme dans l'histoire de la pomme. Un jour, ma grand-mère Berta en avait coupé une en deux et m'avait dit que j'étais la moitié de droite.
"Et l'autre ? lui avais-je demandé en désignant celle de gauche.
- Tu la trouveras. On la trouve quand on s'y attend le moins.
- Et si je ne la trouve pas ?"
Elle avait alors haussé les épaules et l'avait mangée. L'autre moitié, pas la mienne. J'étais donc une demi-pomme."

 

Publié dans CHICK-LIT

Commenter cet article