"La Voix des vagues" de Jackie Copleton

Publié le par Nathalie

"La Voix des vagues" de Jackie Copleton

"La Voix des vagues" est un livre de Jackie Copleton. Il est paru chez Les Escales en octobre 2016. Il fait 304 pages. C'est le premier roman de cette enseignante en anglais qui a exercé pendant plusieurs années au Japon, à Nagasaki et Sapporo. Aujourd'hui, elle vit au Royaume-Uni.

4ème de couv' : "Lorsqu'un homme complètement défiguré frappe à sa porte et lui annonce qu'il est son petit-fils disparu depuis des années, Amaterasu Takahashi est bouleversée. Mais peut-elle le croire ? Sa vie a basculé le 9 août 1945, le jour où les Américains ont bombardé Nagasaki. Pendant des semaines, elle a cherché les siens dans la ville en ruines. En vain. Avec l'arrivée de cet homme, s'ouvre une boîte de Pandore d'où s'échappent les souvenirs. Amaterasu qui a quitté le japon pour les Etats-Unis se remémore ce qu'elle a cherché à oublier : son pays, sa fille qu'elle a voulu protéger, l'histoire d'amour qui les a séparées et le secret qu'elle a enfoui au plus profond d'elle-même."

Ce roman m'a été offert pour mon anniversaire, par une amie qui avait adoré l'ouvrage. Grosse pression lors de cette lecture donc !!! Allais-je, moi aussi, tomber sous le charme ? Et bien, OUI :-)

"La Voix des vagues" est un roman plein d'émotions et de douceur bien qu'il contienne des éléments tragiques. Jackie Copleton a véritablement du talent pour narrer l'Histoire et la culture japonaises.

Quand Amaterasu rencontre l'homme qui se présente comme son petit-fils, Hideo, cela la trouble profondément car elle pensait avoir tourné la page sur sa vie au Japon. Cependant rien n'est simple, car cette apparition est comme un coup qui va fêler la coquille de protection qu'elle s'était construite. A travers ses propres souvenirs et des écrits, enfin révélés, Amaterasu revit les mois et les années qui ont précédé le décès de sa fille, Yuko. Période difficile car la mère et la fille s'opposaient à propos d'un homme, Jomei Sato, issu du propre passé d'Amaterasu.

Au fil des pages, on vit les temps précédant "Pikadon" (terme japonais désignant l'explosion nucléaire) : les relations au sein de la famille Takahashi, les amours naissantes de Yuko, la violente réaction maternelle..., puis la description du jour où la bombe est larguée sur Nagasaki, la recherche de survivants dans le chaos... Puis, en parallèle, on suit la relation naissante entre Amaterasu et Hideo, faite de hauts et de bas, de méfiance et d'attirance. Et, enfin, dans la dernière partie du roman, on va découvrir la propre histoire d'Amaterasu qui va éclairer d'un jour nouveau les réactions de cette femme profondément blessée mais finalement plus prête à la résilience qu'elle ne le pensait elle-même.

Ce roman est magnifique à lire. Il nous plonge dans un passé tragique, au sein d'un drame historique et familial et, pourtant, je ne l'ai pas trouvé sombre, ni pessimiste. L'auteure a su, délicatement, narrer cette histoire riche en émotions et en actions. C'est un livre qu'il est difficile de poser une fois qu'on l'a entamé car on est pressé d'en connaître le dénouement. Le style est fluide et poétique. Le Japon et sa culture y sont très bien retranscrits.

Note : 4,5/5

Passage choisi : "Pendant tant d'années, j'avais été convaincue que la maison était le lieu où il était le plus difficile de vivre alors que désormais je comprenais, enfin, que Nagasaki ne se réduisait pas simplement à Pikadon : c'était un gâteau coccinelle avec des bonbons rouges et un glaçage au chocolat, un ring de sumotoris fabriqué avec des chaussettes d'enfant, une gamine qui s'appuie sur vous quand elle dessine, un jeune baiser sur votre vieille joue. Les seuls souvenirs qui méritent qu'on s'y complaise."

Publié dans ROMANS DU MONDE

Commenter cet article

franck 12/03/2017 10:23

les commentaires au fil du temps se sont étoffés et sont de + en + intéressants. Merci

Nathalie 12/03/2017 10:48

Merci beaucoup. Bonnes lectures...