"Vent de glace" de Patricia Cornwell

Publié le par Nathalie

"Vent de glace" de Patricia Cornwell

"Vent de glace" de Patricia Cornwell est le 20ème roman de la série mettant en scène Kay Scarpetta, la célèbre médecin légiste dont les enquêtes ont commencé dans les années 90.

4ème de couv' : "Une éminente paléontologue disparaît d'un site de fouilles renfermant des ossements de dinosaures au fin fond du Canada. Un message macabre parvient à Kay Scarpetta, lui laissant la détestable impression qu'il pourrait correspondre à cette disparition. Quand elle est appelée peu après à repêcher dans le port de Boston un cadavre de femme, les événements s'enchaînent. Kay Scarpetta se retrouve face à un tueur en série fort intelligent et n'ayant aucune crainte d'être arrêté. Comme les indices semblent établir un lien avec d'autres affaires non résolues, les sciences médico-légales les plus pointues sont sollicitées. La chasse du coupable commence dans la ville de Boston prise sous un vent de glace."

Dans mes jeunes années, j'ai dévoré les enquêtes de Kay Scarpetta avec avidité car j'aimais beaucoup la noirceur des romans, la précision des scènes de crime et les relations entre les différents personnages : Benton, Lucy, Marino et compagnie. Il y a 4 ans, j'avais essayé de m'y remettre et j'avais été très déçue (voir ici). Il y a quelques jours, ma voisine de vacances m'a prêté ce vingtième opus et je me suis dit : "Réessayons !". Mal m'en a pris...

J'ai trouvé sur le net (Babelio) la critique de Marcellina qui exprime tellement bien mon ressenti que je vous la livre en guise de critique : "L'auteure devrait peut-être arrêter d'écrire… Je m'explique, une brique de plus de 500 pages où l'action se traîne, où les descriptions techniques s'enchaînent sans rien apporter, où l'introspection sentimentale du personnage principal laisse sans voix de bêtise, et où le final est plié sur les 40 dernières pages à la vitesse de l'éclair ! Une écriture plate et sans émotions, des pages et des pages de bla-bla insipide sans rythme, sans humour, sans finesse juste avec beaucoup de mots savants qui se répètent malheureusement très souvent, des personnages que je connaissais déjà mais qui semblent avec le temps avoir perdu beaucoup de leur épaisseur. Une lecture longue et ennuyeuse... Ce n'est clairement pas le souvenir qui me restait de mes lectures de l'auteure d'il y a plus de 20 ans. Soit c'est moi qui suis devenue plus critique, soit l'auteure devrait se recycler ! ". Je n'aurais pas écrit mieux !

Note : 1.5/5

Passage choisi : "Je consulte ma montre extra-large en titane, au bracelet de caoutchouc, puis ramasse ma tasse de café - noir, sans édulcorant - tandis que l'écho lointain de pas résonne dans le couloir de mon immeuble en forme de balle dum-dum, dressé à la lisière est du campus du Massachusetts Institute of Technology. Le jour n'est pas encore levé, en ce troisième lundi d'octobre. Au-dessous de mon bureau situé au dernier niveau, six étages plus bas, la circulation est dense sur Mémorial Drive. L'heure de pointe démarre bien avant l'aube dans cette partie de Cambridge, quels que soient le temps ou la saison. Semblables à des yeux étincelants d'insectes, les phares se déplacent le long de la berge, la Charles River ondule dans le noir, et de l'autre côté du Harvard Bridge, la ville de Boston forme une barrière scintillante qui sépare les empires terrestres des affaires et de l'enseignement des ports et des baies qui se fondent en océan."

Publié dans Patricia Cornwell

Commenter cet article

sandrine isac 30/07/2016 16:42

Je compatis. J'ai voulu essayer cette auteure et je ne l'ai pas trouvé pour moi. Il me semble que c'était "Voile rouge" J'ai horreur des descriptions à rallonge. Et puis, il faut du rythme pour un bon thriller. Par contre je suis déçue car je viens de me rendre compte que j'ai Vent de glace dans ma PAL. ;)

Nathalie 30/07/2016 17:20

Hihi.. à mon tour de compatir ;-)