"Dites aux loups que je suis chez moi" de Carol Rifka Brunt

Publié le par Nathalie

"Dites aux loups que je suis chez moi" de Carol Rifka Brunt

"Dites aux loups que je suis chez moi" est le premier roman de Carol Rifka Brunt, auteure américaine vivant en Grande-Bretagne. Je me suis offert ce livre lors de mon passage au Salon du Livre de Poche de St Maur en juin dernier car j'ai été attirée par le titre et le pitch que j'ai pu découvrir au dos de l'ouvrage.

4ème de couv' : "1987, une banlieue new-yorkaise. Écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents absents, June rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Quand il meurt du sida, inconsolable, l’adolescente se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme « l’ami » de Finn. Confrontée au deuil, à la réalité d’une maladie encore honteuse et au malaise de sa famille, June bascule dans le monde des adultes et son hypocrisie."

Je viens à peine de terminer la dernière page de ce roman qui en compte 497 que je suis derrière mon écran pour vous faire part de mon avis. C'est une histoire superbe écrite par une plume pleine de sensibilité, de pudeur et de force.

June, adolescente rêveuse et mal dans son époque, entretient avec son oncle Finn une relation très privilégiée au point de s'éloigner inexorablement de sa sœur aînée, Greta. Aussi, quand ce dernier décède du sida après avoir réalisé un portrait de ses deux nièces, June décide de maintenir le lien avec son oncle à travers les objets qui lui appartenaient et en acceptant de rencontrer Toby, "l'ami particulier" de Finn. Toby, cet "homme invisible" décrié par la famille et pointé du doigt comme étant responsable de la mort de Finn. June va alors partir à la découverte de cet oncle qu'elle croyait connaître mais également à la découverte de cette sœur avec laquelle les relations sont tendues et compliquées, sorte de "je t'aime moi non plus" sororal. L'adolescente va également partir à la rencontre d'elle-même lors de ce parcours initiatique qui la conduira aux portes de l'âge adulte.

Ce roman est vraiment très bien écrit. "Dites aux loups que je suis chez moi" est un livre que l'on n'a pas envie de terminer trop tôt car, au fil des pages, on s'attache aux personnages et on veut les garder avec soi le plus longtemps possible, comme des amis proches, des intimes auxquels on s'est attaché. En plus, l'époque de la fin des années 80, avec la découverte de ce virus qu'est le sida, dont on ne sait rien sinon qu'il tue, est vraiment bien transcrire.

Voici un coup de cœur que je recommande vivement !!!

Note : 4,5/5

Passage choisi : "C'est ça le secret. Si l'on s'assure d'être toujours exactement celui qu'on veut être, si l'on fait en sorte de ne connaître que les personnes les plus formidables, alors on peut mourir demain. Ce sont les gens les plus malheureux qui veulent vivre éternellement parce qu'ils considèrent qu'ils n'ont pas fait tout ce qu'ils voulaient. Ils pensent qu'ils n'ont pas eu assez de temps. Ils ont l’impression d'avoir été arnaqués."

Publié dans ROMANS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caryna 18/02/2017 19:19

J'ai beaucoup aimé aussi même si je l'ai trouvé long à démarrer. On met du temps à apprécier les personnages. J'ai également trouvé troublante la relation entre les deux sœurs.

Nathalie 18/02/2017 20:00

Beau livre sur les relations humaines... Contente qu'il plaise :-)