"Juste retour des choses" de Jeffrey Archer

Publié le par Nathalie

"Juste retour des choses" de Jeffrey Archer

"Juste retour des choses" est le 4ème tome de la Chronique des Clifton de Sir Jeffrey Archer. J'avais commis un article, il y a quelques mois, sur "Seul l'avenir le dira" (Ici) et un autre sur "Les Fautes de nos pères" (). Je m'étais abstenue à propos du tome 4, "Des secrets bien gardés", faute de temps mais, aussi, car j'avais ressenti comme une baisse de régime dans cet épisode. Et me revoici avec un article sur le numéro 4 car, pas de doute, Jeffrey Archer est vraiment doué pour tenir en haleine son lecteur avec de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues.

4ème de couv' : "Lorsque Ross Buchanan annonce sa démission de la compagnie maritime Barrington, Emma Clifton espère le remplacer, mais c'est compter sans le plan machiavélique de don Pedro Martinez. L'ennemi juré des familles Clifton et Barrington a l'intention de couler l'affaire familiale et de contrecarrer la construction de son premier paquebot de luxe, le Buckingham. À Londres, Jessica, la fille adoptive d'Emma et Harry, devient une peintre de talent dont la renommée ne fait que croître. Son bonheur est parfait aux côtés de Clive Bingham, son fiancé rencontré aux beaux-arts, jusqu'à ce que lady Virginia, l'ex-belle-sœur d'Emma, s'en mêle et sème la discorde. Face aux attaques incessantes dont ils sont les cibles, les Barrington et les Clifton se mobilisent pour déjouer les complots ourdis par leurs adversaires. Parviendront-ils à les neutraliser une fois pour toutes ?"

Dans cet épisode, nous délaissons les histoires sentimentales de la famille Clifton, quoi que..., pour nous immerger dans le monde des affaires et de la vengeance. Don Pedro Martinez est bien décidé à faire payer très cher la famille qu'il tient pour responsable de ses déboires et, pour cela, il est prêt à tout. Associations, trahisons, ruses, services secrets, terroristes de l'IRA, ancien nazi... voici les ingrédients d'une histoire qui tient en haleine et, bien entendu, se termine sur un suspense détonnant au sens propre, comme au figuré.

Ce que j'apprécie dans cette série littéraire, c'est le foisonnement de personnages, la multiplicité des intrigues, les fausses pistes qui égarent le lecteur... De plus, comme elle se déroule sur de nombreuses années, ça permet de faire un petit tour "historique" et "social" du XXème siècle.

J'avoue être vraiment de plus en plus accro à cette chronique et il va me falloir, malheureusement, attendre de nombreux mois avant la parution en poche du n° 6 et encore plus pour me procurer le n°7 qui n'est pas encore sorti en France, sniff... En attendant, bonne lecture à vous !!! ;-)

Note : 4/5

Passage choisi : "Pendant la guerre, quand il se trouvait en territoire ennemi, il s’était entraîné à rester éveillé trente-six heures d’affilée et à ne tenir que grâce à l’adrénaline de la peur. Il savait qu’il ne pourrait dormir qu’après avoir vu son fils pour la dernière fois, et longtemps après avoir ressenti l’adrénaline du désespoir."

Publié dans Jeffrey Archer

Commenter cet article