"Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte" de T. Jonquet

Publié le par Nathalie

"Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte" de T. Jonquet

"Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte" est un roman noir écrit par Thierry Jonquet et paru aux éditions Points en 2007. Le titre est tiré d'un poème de Victor Hugo parlant de la Commune de Paris, épisode historique assez sanglant.

4ème de couv' : "Septembre 2005, Anna Doblinsky rejoint son premier poste en collège à Certigny, dans le 9-3. Zone industrielle, HLM, trafics et bagarres entre bandes rivales, influence grandissante des salafistes, voilà pour le décor. Seul Lakdar Abdane, jeune beur très doué, sort du lot. Pourtant, une erreur médicale va bouleverser sa destinée..."

A la lecture du titre et du pitch, je me suis dis "Noir, c'est noir !!!" et je n'avais pas tort. C'est un roman très bien construit, basé sur des faits d'actualité, donc très réaliste et vraiment sombre.

Anna, jeune enseignante d'origine juive, débarque dans un collège de Seine-Saint-Denis et se retrouve confrontée à des élèves peu motivés par l'école, et plus par la Une de Voici, les trafics en tous genres ou la Star Académie. Par ailleurs, la banlieue dans laquelle elle exerce est contrôlée par des bandes, des caïds de cité qui défendent violemment leur territoire. Ajoutons à cela la montée d'un islamisme radical, une erreur médicale, des adolescents en manque de repères, des enseignants débordés même si pleins de bonne volonté... et vous obtiendrez un livre prenant mais qui fait froid dans le dos. Je suis allée jusqu'au bout, pressée de savoir comment l'histoire allait s'achever, mais j'ai ressenti un certain malaise durant ma lecture tellement j'étais plongée dans un univers si lointain, et en même temps si proche, kilométriquement parlant, du mien. Au fil des pages, je voyais se superposer devant les pages du roman, des flashs infos de journaux télévisés, des images de reportages, des entrefilets de quotidiens... Ou, comment la fiction est vraiment très inspirée de la réalité crue et sans fard.

Note : 4,25/5

Passage choisi : "La violence qui régnait au collège, dans la cour de récré comme dans les couloirs, les incidents à répétition en classe, les bagarres incessantes, le niveau effarant des élèves après tant d'années de scolarité, les trois cent mots de vocabulaire dont ils disposaient, en comptant large, le néant culturel, l'agressivité à fleur de peau, la détresse sous-jacente, l'océan de misère dans lequel ils surnageaient, oui, c'était dur, très dur. Ce n'était pas réellement un travail de prof."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article

Doc Bird 14/07/2016 12:54

J'ai lu ce roman il y quelques années, et c'est vrai qu'on ressort de la lecture sonné et plutôt déprimé, car Thierry Jonquet va au fond de la noirceur de l'âme humaine. Mais la banlieue de Seine-Saint-Denis n'est pas uniquement cela, même si la violence règne souvent.

Nathalie 14/07/2016 13:15

Heureusement que la noirceur de l'âme humaine est souvent contrebalancée par des élans de générosité, de solidarité, des actes positifs (malheureusement passés sous silence par les médias car moins racoleurs) !