"Enfant 44" de Tom Rob Smith

Publié le par Nathalie

"Enfant 44" de Tom Rob Smith

"Enfant 44" (2009), paru chez Belfond puis chez Pocket, est le premier roman de Tom Rob Smith. Il a été adapté au cinéma en 2015 par Daniel Espinosa, avec Tom Hardy, Gary Oldman et Noomi Rapace dans les rôles principaux.

4ème de couv' : "Moscou, hiver 1953. Le corps d'un petit garçon est retrouvé nu sur une voie ferrée. Alors que la famille de l'enfant croit à un assassinat, Leo, agent du MGB, police d'État chargée du contre-espionnage, reste fidèle à la ligne du parti : le crime n'existe pas sous le parfait régime socialiste, il s'agit d'un accident. L'affaire est classée mais le doute s'installe ... Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Leo est contraint à l'exil avec sa femme, Raïssa. Et, dans une petite ville des montagnes de l'Oural, il va faire une troublante découverte : un autre garçonnet mort dans les mêmes conditions que celles de « l'accident » de Moscou.
Prenant tous les risques, Leo et Raissa vont se lancer dans une terrible traque, qui fera d'eux des ennemis du peuple ..."

Voici un roman que Jean-Claude, de la librairie L’Éclectique, m'a conseillé quand je lui ai dit que je voulais un thriller ou un polar pour mes vacances. Il a bien fait. Cette quête d'un tueur en série dans la Russie communiste de Staline est très bien menée. Même si on comprend assez facilement qui est le meurtrier, ce qui est intéressant, c'est l'évolution du personnage de Leo, appartenant au MGB, au fil des chapitres. Ce qui m'a également plu, c'est la peinture de l'ambiance qui régnait en URSS lors des années post Seconde Guerre mondiale. Tout le monde soupçonne tout le monde, personne n'ose exprimer une opinion qui pourrait faire de lui un ennemi du peuple, chacun est un traître en puissance pour le gouvernement et la police d'état. Le contexte historique dramatique de l'époque est d'ailleurs très bien documenté. L'enquête menée par Leo et sa femme, dont les relations sont très ambiguës, est quasiment impossible à mener. Il leur faudra détermination et ruse pour y parvenir après de nombreuses aventures.

Note : 4/5

Passage choisi : "Sans se poser de questions, il s’était engagé, la tête haute, sur la voie indiquée par ses supérieurs. Son pays aurait pu lui demander n’importe quoi, il aurait dit oui. Si on lui en avait donné l’ordre, il aurait même pris la tête d’un goulag au milieu de la toundra dans la région de la Kolyma. Il n’avait d’autre ambition que de servir son pays, un pays qui avait vaincu le fascisme, qui permettait à chacun de s’instruire et d’être soigné gratuitement, qui défendait les droits des travailleurs du monde entier, qui versait à son père – ouvrier à la chaîne dans une usine de munitions – un salaire comparable à celui d’un médecin diplômé. Même si son propre travail au sein du MGB était souvent ingrat, il en comprenait la nécessité, celle de protéger la révolution contre ses ennemis, de l’intérieur comme de l’extérieur, contre ceux qui cherchaient à la saboter, à la faire échouer par tous les moyens. Pour la sauver, Léo était prêt à sacrifier sa vie. Et celle des autres."

Publié dans ROMANS

Commenter cet article