"Un membre permanent de la famille" de Russel Banks

Publié le par Nathalie

"Un membre permanent de la famille" de Russel Banks

Ce recueil de nouvelles de Russel Banks, publié en janvier 2015 chez Actes Sud, traîne depuis quasiment un an dans ma PAL. N'ayant plus que 2-3 livres dans cette dernière, je me suis enfin décidée à l'ouvrir il y a quelques jours. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de récits courts et cela correspondait bien à mon état d'esprit du moment.

4ème de couv' : "Un mari humilié qui rôde dans la maison de son ex-femme, un serveur déprimé qui invente à une inconnue une vie qui n’est pas la sienne pour la sauver d’un hypothétique désespoir, des hommes et des femmes qui, pour transcender leur existence ordinaire, mentent ou affabulent à l’envi, sous le soleil de Miami ou sous des cieux plus sombres…
Dans ces douze nouvelles d’une extraordinaire intensité et peuplées de personnages cheminant sur le fil du rasoir, Russell Banks, convoquant les angoisses et les tensions où s’abîment les fragiles relations que l’être humain tente d’entretenir avec ses semblables, transmue magistralement le réel et le quotidien en authentiques paraboles métaphysiques.
"

Ces 12 nouvelles sont des tranches de vie. Ici, pas de happy end, juste la vie dans toute sa splendeur avec ses angoisses, ses peurs, ses failles. On y croise des personnages abimés par la vie. Ex-mari qui se sent obligé de passer Noël dans la nouvelle maison de son ex-femme, couple qui vient de perdre sa chienne, homme qui remporte un prix prestigieux... Russel Banks est vraiment doué pour, en quelques pages seulement, donner autant de consistance à ses personnages. On les suit en se demandant quels déboires ils vont devoir affronter.

Voici un recueil très bien écrit mais à lire quand on a le moral car rien de lumineux, juste la réalité, souvent dure et crue, comme sous la lumière blafarde d'un néon. J'ai une petite préférence pour "Blue", "Oiseaux des neiges" et "Perdu, trouvé".

Note : 3,75/4

Passage choisi : "Quand tu as été toute ta vie mariée à quelqu’un et que ce quelqu’un meurt, d’une certaine façon tu meurs aussi. Sauf si tu décides de renaître transformée en quelqu’un d’autre, en une personne encore non définie. Alors, c’est presque comme si tu avais l’occasion de redevenir adolescente. Pour l’instant, c’est comme ça que je me sens." (Oiseaux des neiges)

Publié dans NOUVELLES

Commenter cet article

Cécile Pouet 22/02/2016 12:22

Je ne lis pas beaucoup de nouvelles mais je dois avouer que la chronique que tu fais de ce recueil me tente vraiment. Le fait que l'auteur raconte "la vie" telle qu'elle est semble un bon choix de sa part.
Merci pour cette découverte.
Cécile - http://www.lequotidiendececile.fr

Nathalie 23/02/2016 10:55

Merci Cécile et bonne lecture :-)