"Ainsi résonne l'écho infini des montagnes" de Khaled Hosseini

Publié le par Nathalie

Voici le 3ème roman de Khaled Hosseini que je lis, et ça, grâce à mon réseau marseillais ;-) Encore une belle surprise !!!

"Dans le village de Shadbagh, Abdullah, dix ans, veille sur sa petite sœur Pari, trois ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu'il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d'un travail et ces jours où la faim les tenaille.
Mais un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d'autres encore ...
"

L'auteur nous fait voyager de l'Afghanistan des années 50 à la Californie des années 2000 en passant par le Paris des artistes bohèmes des années 70 et la Grèce. Il nous emmène à la rencontre de multiples personnages qui semblent très disparates mais ont, pourtant, un lien entre eux.

C'est un ouvrage plein d'émotions et qui permet de découvrir diverses facettes de l'Afghanistan et de beaux personnages (Nabi, Markos, Pari, Thalia...) mais, cependant, j'ai eu plus de mal à entrer dans l'histoire que lors de mes précédentes lectures du même auteur (ici). Je crois que c'est dû aux chassés-croisés entre lieux et époques. L'histoire m'a donc semblé un peu décousue à la lecture. Il n'en reste pas moins que c'est une fresque "familiale" très joliment écrite.

Note : 4/5

Passage choisi : "Bien des années plus tard, lorsque a débuté ma formation de chirurgien esthétique, j'ai compris une chose qui m'échappait encore au moment où j'essayais de convaincre Thalia de partir. J'ai appris que le monde ne voit pas ce qu'il y a en vous, qu'il se moque complètement des espoirs, des rêves, des chagrins qui reposent cachés sous votre peau et vos os. C'est aussi simple, aussi absurde et aussi cruel que ça. Mes patients le savaient, eux. Ils constataient qu'une grande partie de ce qu'ils étaient, de ce qu'ils seraient ou de ce qu'ils pourraient être dépendait de la symétrie de leur ossature, de l'espace entre leurs yeux, de la longueur de leur menton, de leur nez, du fait qu'ils aient ou non un angle naso-frontal idéal ou pas.
La beauté est un don du ciel énorme, immérité, accordé de manière aléatoire et stupide."

 

"Ainsi résonne l'écho infini des montagnes" de Khaled Hosseini

Publié dans Khaled Hosseini

Commenter cet article

calou 26/11/2015 08:47

c'est vrai les chassés-croisés peuvent être dérangeant, mais face à la beauté du récit, ils deviennent secondaires. Un livre à recommandé de mon modeste point de vue !
Bisous

Nathalie 26/11/2015 11:34

Oui, bien sûr que je le recommande. J'ai mis 4/5 donc c'est que je l'ai trouvé bien. Mais j'ai préféré Les cerfs-volants de Kaboul et Mille soleils splendides !!! :-) En fait, ne lisant que qqs minutes chaque soir j'ai trouvé difficile de bien m'immerger dans la saga à cause des chassés-croisés. J'aurais dû le lire pendant des vacances pour être plus "disponible". Bizz