"Betty" de Arnaldur Indridason

Publié le par Nathalie

Voici une lecture commencée début juillet, que j'ai abandonnée sur ma table de nuit pendant mes vacances, et que j'ai entrepris de terminer fin août à mon retour. Je dois dire que j'ai toujours un peu de mal à entrer dans les romans islandais, à cause des noms compliqués des personnages, du tutoiement exclusif et, surtout, parce que je trouve une certaine froideur dans le style.

4ème de couv' : "Quand j’ai rencontré Bettý, j’ai su que ma vie allait basculer. Elle était magnétique et fatale. J’aurais tout donné pour elle. J’ai même accepté de travailler pour son mari. Mais maintenant c’est moi qui suis derrière les barreaux. Aux yeux de tous, je suis coupable de meurtre. Parce que, si l’amour se joue à trois, il y en a toujours un de trop."

Quand notre narrateur commence à raconter son histoire, c'est depuis le fond de sa cellule de prison. Tombé sous le charme de Betty, femme fatale qui l'approche pour l'inviter à travailler pour son mari, le personnage principal se retrouve en effet accusé d'un meurtre. Et si tout ceci n'était pas aussi simple que ça ?

Intrigue bien pensée même si on arrive à deviner la majorité des tenants et des aboutissants avant la fin. Grosse surprise qui attend, cependant, le lecteur peu après la moitié de l'histoire. On ne s'y attend tellement pas (Chapeau l'auteur !!!) que j'ai relu quelques pages du début pour voir si je n'étais pas passée à côté de quelque chose...

En bref, je n'ai pas été super emballée par la narration que j'ai trouvée assez lente, sans réelle saveur. Par contre, le diabolisme présent autour du meurtre et l'exercice de style bien mené par Indridason m'ont fait lui mettre la moyenne à cet ouvrage malgré tout.

Note : 2,5/5

Passage choisi : "Qu'est-ce qui vous conduit à ignorer les signaux de danger, les erreurs, à refuser de voir ou de comprendre ce qu'on ne perçoit que lorsqu'on court à sa perte ? D'où vient ce grandiose refus ? Pourquoi fait-on le choix de ne pas voir les dangers alors qu'ils sont devant notre nez ? Est-ce que c'est ça, l'amour ? Est-ce que c'est pour ça que l'amour rend aveugle ?"

"Betty" de Arnaldur Indridason

Publié dans THRILLERS-POLICIERS

Commenter cet article

NaNy 31/08/2015 17:58

Me too .So I rename them with pen names...

Nathalie 31/08/2015 18:14

Ici peu de noms donc pas besoin de rebaptiser...

Nathalie 31/08/2015 18:10

Tu deviens bilingue ?? Ou tu utilises reverso ? Hi hi