"N'oublier jamais" de Michel Bussi

Publié le par Nathalie

De Michel Bussi, j'avais moyennement apprécié "Nymphéas noirs" (2010), été emballée par "Un avion sans elle" (2012) et avais suivi avec plaisir l'intrigue de "Ne lâche pas ma main" (2013). Et voilà que ma mère me prête "N'oublier jamais" (2014). Chic, me dis-je...

Et bien, je dois avouer que je n'ai pas été déçue. Comme l'impression d'être montée à bord d'un train fou qui fonce et accélère et dont on ne peut plus descendre avant le terminus. Dommage que le titre soit bizarre ! D'un autre côté, ça interpelle...

On suit les aventures de Jamal avec hâte et frénésie. On est très vite happé par l'intrigue et les multiples questions qui jalonnent les chapitres. On passe de la certitude la plus sincère à l'incertitude la plus troublante... Il n'y a pas à dire, Michel Bussi est vraiment très fort pour nous embarquer dans son univers et ne plus nous lâcher la main ;-). L'écriture est fluide mais nerveuse, le rythme rapide avec des accélérations vertigineuses, les personnages bien construits et attachants. Vraiment, du bel art !

"Vous croisez au bord d'une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l'avez poussée." Voici l'exergue choisi par l'auteur pour débuter son ouvrage. Trois petites phrases qui donnent immédiatement le ton.

Jamal est en vacances à Yport afin de s'entraîner à courir sur la plus haute falaise d'Europe. Il croise une écharpe rouge sur son chemin puis une femme à l'air apeuré qui saute du haut de la falaise. Quand il arrive près du cadavre, sur une plage quasi déserte, la femme git inerte. Problème ! L'écharpe rouge qu'il lui a tendue pour tenter de la sauver est autour de son cou. Et si personne ne croyait à la version de Jamal ?

Note : 4,5/5

Passage choisi : "Longtemps, je n'ai pas eu de chance.[...] Pour que la pièce retombe un jour de votre côté, il faut juste jouer, souvent, beaucoup, recommencer, toujours.Insister. "

"N'oublier jamais" de Michel Bussi

Publié dans Michel Bussy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article