"Muchachas" de Katherine Pancol

Publié le par Nathalie

Une couverture orange, un dessin de femme au tracé enfantin, un titre multicolore aux lettres de guingois, il n'en fallait pas plus pour attirer mon regard vers la vitrine qui contenait "Muchachas". Quand, en plus, je me suis rendue compte qu'il s'agissait du dernier Pancol, je me suis dit : "Chouette !". Il était évident que j'allais lire cette nouvelle saga en 3 opus...

Ce fut vite fait, car une collègue venait de l'achever et se proposait de me le prêter. J'avais hâte d'autant plus que depuis la trilogie qui avait commencé avec "Les yeux jaunes des crocodiles" (ici), j'attendais de voir si Katherine Pancol allait ou pas faire ressurgir Joséphine, Hortense et les autres au détour d'un nouvel ouvrage. C'est chose faite !

"Muchachas" est le premier tome (482 pages) d'une nouvelle trilogie qui fait la part belle aux femmes. Ses suites devraient paraître en avril et juin.

On retrouve donc Hortense et Gary, Joséphine qui partage sa vie entre l'Angleterre et la France, mais également des personnages neufs tels Stella, Julie, Léonie... Le lecteur voyage de New-York à Paris, en passant par Londres et la Bourgogne, au fil de pages qui nous dévoilent des destins de femmes fortes et fragiles à la fois, de femmes qui ont souffert mais qui veulent garder la tête haute, bref, de femmes modernes et libres.

J'ai apprécié retrouver les héroïnes des "Crocodiles...", des "Tortues..." et des "Écureuils...", mais en fait, je me suis surtout attachée aux nouvelles venues. Encore une fois, l'auteure a réussi à me faire pénétrer dans l'intimité de ces mères, de ces filles, de ces amies... sans effet de voyeurisme mais avec bienveillance et bonté.

Il ne me reste plus qu'à attendre le mois prochain pour connaître la suite car cette première histoire se termine sur une porte ouverte sur de multiples possibilités et je suis d'un naturel impatient... ;-)

Note : 3,5/5

Passage choisi : "Julie la regarde s'éloigner, longue silhouette dans une salopette trop grande, un épais pull marine à col roulé qui lui tombe sur les cuisses, un feutre crânement posé en arrière et de gros godillots. Stella s'est toujours habillée comme un homme. Aujourd'hui, elle porte le pull d'Adrian, la salopette d'Adrian, le feutre d'Adrian. Elle met un point d'honneur à ne porter que ses frusques quand il ssont séparés. Elle ne veut pas qu'on la considère comme une femme. Une sacrée belle femme !"

"Muchachas" de Katherine Pancol

Publié dans Katherine Pancol

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article